Actualisé 30.12.2007 à 14:31

Sarkozy manie l'ironie et ne répond pas aux attaques

Le président français Nicolas Sarkozy s'est refusé dimanche au Caire à répondre aux attaques de l'opposition socialiste sur les conditions de ses vacances en Egypte.

Il a réservé sa réponse à une conférence de presse qu'il doit donner à Paris le 8 janvier.

«Rien», a-t-il on ne peut plus sobrement répondu à un journaliste qui lui posait une question sur ces critiques lors de la conférence de presse qu'il tenait aux côtés de son homologue égyptien Hosni Moubarak, à l'issue de leur entretien à la présidence de la République égyptienne.

«J'aurai l'occasion d'évoquer ces questions et bien d'autres au moment de la conférence de presse que je tiendrai en France le 8 janvier», a-t-il ajouté.

«Je remercie les médias français de s'intéresser davantage à mon déplacement qu'ils ne s'intéressaient aux déplacements de mes prédécesseurs», François Mitterrand et Jacques Chirac, lors de leurs séjours privés en Egypte, a poursuivi Nicolas Sarkozy, sur un mode ironique.

«Je suis très heureux de la publicité qui a ainsi été faite à des lieux merveilleux que je conseille que sont Louxor et Charm el- Cheikh», a conclu le chef de l'Etat français.

La visite officielle de moins de 24 heures entamée dimanche par Nicolas Sarkozy dans la capitale égyptienne intervient au terme de cinq jours de vacances avec sa nouvelle compagne Carla Bruni, qui ont fait les délices des paparazzis et suscité la polémique en France.

L'opposition de gauche s'est notamment interrogée sur la générosité de son ami milliardaire Vincent Bolloré, qui lui a prêté son jet privé. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!