Actualisé 02.12.2011 à 17:18

Zone euro

Sarkozy reçoit Cameron pour parler de la crise

Le président français a reçu à l'Elysée le Premier ministre britannique, une semaine avant le sommet européen de Bruxelles qui tentera de sauver l'euro, menacé par la crise des dettes souveraines.

Nicolas Sarkozy et David Cameron étaient réunis pour un déjeuner de travail consacré à l'économie.

Nicolas Sarkozy et David Cameron étaient réunis pour un déjeuner de travail consacré à l'économie.

Les deux hommes avaient initialement prévu un sommet franco-britannique avec la participation de ministres, pour parler défense et politique énergétique. Mais en pleine tempête européenne, ils ont finalement opté pour une rencontre au format restreint, consacrée spécifiquement à la crise économique.

Après environ une heure et demie de discussions, David Cameron a quitté l'Elysée sans s'exprimer devant la presse.

Son porte-parole Steve Field avait expliqué ceci jeudi à des journalistes: «Il y a clairement un débat sur les règles qui devraient être fixées pour la zone euro et sur les règles qui devraient remplacer celles du pacte de stabilité et de croissance pour les pays de la zone euro.»

Nicolas Sarkozy recevra lundi à Paris la chancelière allemande Angela Merkel. «Ensemble, nous ferons des propositions pour garantir l'avenir de l'Europe», a-t-il promis jeudi soir à Toulon. «La France milite avec l'Allemagne pour un nouveau traité européen refondant et repensant l'organisation de l'Europe», a-t-il rappelé.

De son côté, la Grande-Bretagne - qui est membre de l'UE mais n'a pas adopté l'euro- a fait savoir que la prochaine fois que l'Union européenne rédigerait un traité, elle ferait pression pour rapatrier à Londres certaines prérogatives de Bruxelles.

L'Allemagne, elle, souhaite que les pays qui violent le Pacte de stabilité puissent être traduits devant la Cour de justice européenne. «Afin de regagner la confiance, nous devons faire davantage», a déclaré vendredi Angela Merkel devant les députés du Bundestag. «Là où nous avons aujourd'hui des accords, il nous faudra à l'avenir avoir des règles légalement contraignantes.»

Le pacte de stabilité demande aux pays d'avoir un déficit inférieur à 3% du produit intérieur brut (PIB) et une dette inférieure à 60% du PIB. Ces règles budgétaires, censées s'appliquer aux pays de l'eurozone, ont été violées 60 fois au cours de la décennie écoulée -y compris par l'Allemagne- sans qu'aucun Etat-membre ne soit sérieusement sanctionné.

Le Conseil européen des 8 et 9 décembre prochains à Bruxelles se penchera sur la situation économique en Europe. Les 17 Etats qui utilisent la monnaie unique feront le point sur le renforcement de la convergence économique au sein de la zone euro, sur l'amélioration de la discipline budgétaire et sur l'approfondissement de l'union économique. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!