Affaire Bettencourt: Sarkozy: une décision «injuste et infondée»
Actualisé

Affaire BettencourtSarkozy: une décision «injuste et infondée»

L'ancien président français (2007-2012) mis en examen pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt jeudi s'est exprimé publiquement pour la première fois sur son compte Facebook, lundi.

Voici la déclaration de Nicolas Sarkozy, telle qu'elle apparaît sur sa page Facebook:

«Au moment où je dois faire face à l'épreuve d'une mise en examen injuste et infondée, je veux remercier du fond du cœur tous ceux qui ont tenu à me témoigner de leur confiance. A tous, à ceux qui m'ont soutenu comme à ceux qui m'ont combattu, je veux affirmer qu'à aucun moment dans ma vie publique, je n'ai trahi les devoirs de ma charge.

Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher. Je n'en doute pas.

Il va de soi que je ne réclame aucun traitement particulier si ce n'est celui de tout citoyen d'avoir le droit à une justice impartiale et sereine.

C'est parce que j'ai confiance dans l'Institution judiciaire que j'utiliserai les voies de droit qui sont ouvertes à tout citoyen. NS» (20 minutes)

L'affaire Bettencourt

L'affaire a été déclenchée en juillet 2010 par l'ex-comptable des Bettencourt, qui avait alors déclaré à la police s'être vu réclamer 150 000 euros en liquide par leur ancien homme de confiance, Patrice de Maistre, début 2007. Celui-ci lui avait assuré, selon la comptable, vouloir les donner à l'ancien ministre Eric Woerth, alors trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Des membres de l'entourage de la milliardaire ont déclaré avoir vu Nicolas Sarkozy plusieurs fois pendant cette période. Les juges cherchent à établir si M. Sarkozy a commis un abus de faiblesse aux dépens de Mme Bettencourt, alors âgée de 84 ans, en lui demandant de l'argent pour financer sa campagne.

Ton opinion