Saturne, c'est fini!

Actualisé

Saturne, c'est fini!

Le magazine Saturne met la clé sous le paillasson: le journal satirique romand lancé par Ariane Dayer voici deux ans et demi cesse de paraître pour des motifs économiques. Le dernier numéro sera publié le 30 juin 2006.

«La tristesse et l'émotion sont immenses dans la rédaction», a déclaré la rédactrice en chef du magazine Ariane Dayer. «Néanmoins notre équipe a vécu une aventure extraordinaire. C'est une chance dans une vie de journaliste d'avoir pu créer un journal de A jusqu'à Z».

L'aventure s'achève après la publication de 41 numéros bimensuels, puis de 22 numéros hebdomadaires. La progression des abonnés et des ventes en kiosque ne s'est pas accompagnée d'une augmentation suffisante du nombre d'annonces dans le magazine, a expliqué Mme Dayer. Six personnes seront licenciées, dont cinq journalistes.

Paradoxe, la nouvelle formule lancée en février, tirée à 10'000 exemplaires, marchait mieux que la précédente: elle comptait plusieurs milliers d'abonnés. Mais la conjoncture défavorable sur le marché publicitaire - les journaux gratuits se taillent le gros morceau - a eu raison d'une petite structure n'appartenant pas à un grand groupe de presse, a poursuivi Mme Dayer.

Réel besoin

La journaliste, ancienne rédactrice en chef de l'»Hebdo», reste convaincue que la presse satirique correspond à un réel besoin en Suisse romande. Sinon «Saturne» serait mort bien plus tôt, a-t-elle souligné.

Le mérite de «Saturne» est d'avoir ouvert une brèche. Ariane Dayer est certaine que d'autres petits journaux engagés, avec du tempérament et ne distillant pas «la pensée unique», vont se développer ces cinq prochaines années. (ats)

Ton opinion