Afrique du Sud: Scandale: plus de 60'000 animaux entassés vivants
Actualisé

Afrique du SudScandale: plus de 60'000 animaux entassés vivants

Le transport en bateau de plus de 60'000 têtes de bétail vivantes à destination d'un abattoir au Koweït a suscité l'indignation.

Le bétail est tellement serré qu'il ne pourra pas s'allonger pendant les trois semaines de voyage.

Le bétail est tellement serré qu'il ne pourra pas s'allonger pendant les trois semaines de voyage.

DR/NSPCA

Les défenseurs des animaux en Afrique du Sud se sont insurgés contre le transport en bateau de plus de 60'000 têtes de bétail vivantes à destination d'un abattoir au Koweït. Cela dans des conditions à leurs yeux de «souffrances inutiles et cruelles».

Une inspection du navire Al Shuweikh, qui doit transporter 60'000 chèvres, moutons et vaches, a révélé qu'il était «inadapté» pour les animaux vivants, a constaté la société de protection des animaux NSPCA qui s'est rendue à bord.

Le navire, battant pavillon koweïtien, se trouve actuellement à quai dans le port sud-africain d'East London (sud-est).

Debout pendant 3 semaines

Les animaux «seront tellement serrés comme des sardines qu'ils ne pourront pas s'allonger ou se reposer» pendant les trois semaines du voyage avant d'être mis à mort selon le rite halal, s'est indignée une porte-parole de l'organisation, Meg Wilson.

Pendant ce voyage, le bétail sera aussi exposé à des maladies et de fortes chaleurs et vivra dans ses propres excréments, selon la NSPCA. Celle-ci juge «totalement inacceptable l'exportation d'animaux vivants par mer dans le but d'être tués».

Mal nourris, couverts d'hématomes

L'organisation a également procédé à deux inspections auprès d'une ferme sud-africaine où sont actuellement élevés, selon la NSPCA, des moutons destinés à la cargaison.

«Les moutons se battaient pour la nourriture, ils n'avaient pas d'abri (...) certains animaux semblaient mal nourris (...) certains étaient aveugles, boitaient et étaient couverts d'hématomes», selon Meg Wilson.

Autorités pas au courant

Les autorités de la province du Cap-Oriental, où se situe East London, se sont défendues en affirmant ne pas être au courant qu'un navire transportant des animaux vivants devait partir prochainement pour le Koweït.

Elles ont toutefois rappelé que les bateaux devaient respecter des «exigences strictes» en matière de bien-être des animaux. «Tous les animaux quittent nos côtes avec un certificat d'exportation délivré par le ministère (provincial) de la Réforme agraire. On regarde minutieusement le bien-être des animaux», a assuré un porte-parole du ministère, Ayongezwa Lungisa.

Selon la NSPCA, le Al Shuweikh compte effectuer des liaisons tous les deux mois entre l'Afrique du Sud et le Koweït.

Plus de 77'000 personnes ont signé une pétition de l'association contre l'exportation d'animaux vivants depuis l'Afrique du Sud. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion