Publié

FootballScandale raciste à Paris: la revue de presse

L’incident raciste qui a provoqué l’arrêt du match de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir Istanbul a fait la une mercredi matin. Tour d’horizon.

par
Sport-Center
Le quatrième arbitre Sebastian Coltescu (2e depuis la gauche), l’homme par qui le scandale est arrivé. Demba Ba ne s’est pas fait prier pour le signaler.

Le quatrième arbitre Sebastian Coltescu (2e depuis la gauche), l’homme par qui le scandale est arrivé. Demba Ba ne s’est pas fait prier pour le signaler.

AFP

«Le ras-le-bol», titre le quotidien sportif L’Équipe en «Une» mercredi matin. Le journal spécialisé français revient sur les événements surréalistes de la veille.

«Il est 23 h 10 mardi. L'horloge s'est arrêtée sur 22 minutes et 23 secondes. L'enceinte parisienne est baignée dans une ambiance presque irréelle depuis deux heures. Alors que les Turcs d'Istanbul Basaksehir sont déjà rhabillés et prêts à grimper dans le car, l'UEFA annonce officiellement que ce PSGIstanbul Basaksehir ne reprendra pas. Une fin presque attendue. Après ce qui restera comme un match à part. Un match dans l'histoire. Un match où les deux équipes peu après le quart d'heure de jeu ont décidé de rejoindre les vestiaires à l'issue d'une scène inédite où un quatrième arbitre aurait proféré des propos à connotation raciste à l'égard d'Achille Webo, l'adjoint d'Okan Buruk, l'entraîneur turc.»

Le match a dégénéré à la 14e minute lorsque des membres du staff turc ont fustigé l’arbitre, note la BBC. «Il a dit le mot negro», ont-ils alors apostrophé Sebastian Coltescu, 4e arbitre de la rencontre de la Ligue des Champions entre le PSG et Basaksehir. Colère et incompréhension avant que les deux formations ne quittent définitivement le terrain en guise de protestation.

Même Erdogan s’en mêle

«Scandale arbitral en Champions League», titre Bild. Le quotidien allemand poursuit en soulignant que même le président turc Recep Erdogan s’en est mêlé et a fermement condamné cet incident raciste. «Sur Twitter, le tyran turc, qui s’en prend régulièrement aux homosexuels, bafoue la liberté de la presse et d’expression dans son pays ainsi que menace et emprisonne ses opposants, a condamné les propos contre Pierre Webo», écrit Bild, tweet du président turc à l’appui.

Tournant historique

Pour The Guardian, il pourrait s’agir d’un tournant dans le sport. Le quotidien britannique rappelle que «les joueurs qui quittent le terrain pour protester contre le racisme sont rares et le fait que ceux des deux équipes impliquées dans le match à Paris l’aient fait était particulièrement frappant. Cela pourrait constituer un tournant dans la lutte contre les discriminations dans le foot

«Stop al racismo», titre le quotidien sportif espagnol AS en «Une» de son journal. L’autre quotidien spécialisé espagnol, Marca, consacre toutefois sa «Une» au retour gagnant de Cristiano Ronaldo en Espagne après la victoire de la Juventus à Barcelone, mais revient largement sur l’incident dans ses colonnes.

En Italie, la Gazzetta dello Sport titre: «Arbitre raciste», tandis que le quotidien portugais A Bola parle de «Honte à Paris».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
215 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jo Dalton

09.12.2020 à 14:07

Pour ceux qui parlent l’espagnol (le roumain est une langue latine au cas où ...) « negro » désigne la couleur noir simplement il n’y a aucune stigmatisation là derrière à mon avis, il aurait du dire à son collègue arbitre « le gars au training noir » !?!? C’est maladroit ok mais en Amérique du Sud n’importe quel personne un peu basanée ou même un blanc trop bronzé (genre les petits vieux cramés à Vidy) on les appelle des « negritos » et il n’y a rien de raciste là dedans ... Il aurais dû préciser « le chauve » en « training noir » mais on aurait quand même trouvé quelque chose à redire. Polémique et polémistes quand tu nous tiens ...

frank

09.12.2020 à 14:05

Et si on avait signalé un blanc, j'essaie d'imaginer un attroupement de personnes de nationalité africaine et parmi ces derniers un blanc, comment le signaler ?

cornichon whouaa

09.12.2020 à 13:53

Les gens fustige l'arbitre, mais c'est pas un joueur à qui il c'est adressé qui eux ont un numéro et un chiffre, mais au trublion d'entraîneur qui lui n'a ni numéro ni sont nom placardé! Aller, j'impose comme langue officielle durant ces matchs soit le javanais!