Composants: Schaffner boucle l'exercice 2008/09 sur une perte de 10,9 millions
Actualisé

ComposantsSchaffner boucle l'exercice 2008/09 sur une perte de 10,9 millions

En proie à la récession, Schaffner a bouclé l'exercice 2008/09, clos fin septembre, dans le rouge.

Le fabricant soleurois de composants électroniques, qui a fermé il y a peu son dernier site en Suisse, a essuyé une perte nette de 10,9 millions de francs.

Le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) s'est également inscrit en zone négative, pour un montant de 9,2 millions de francs, a annoncé mardi l'entreprise dont il ne demeure plus que le siège en Suisse, à Luterbach. Schaffner avait terminé l'exercice précédent sur un bénéfice net de 9,4 millions de francs et un EBIT positif de 13,9 millions.

Outre une demande en berne consécutive à la crise économique, le tassement de la rentabilité du groupe soleurois reflète les charges passées au titre de sa restructuration. Avec la fermeture de son dernier site helvétique à Luterbach, Scahffner, qui avait déjà transféré l'essentiel de sa production suisse en Hongrie début 2008, a licencié 21 collaborateurs.

Aussi présent en Chine, en Allemagne et en Thaïlande, le groupe soleurois a taillé dans les effectifs de ses autres sites. Alors que Schaffner comptait encore 2318 salariés en 2007/08, ce nombre s'est réduit à 1808 collaborateurs sur l'exercice sous revue.

Ventes et commandes en baisse

Conséquence des difficultés de l'industrie automobile, entre autres, le chiffre d'affaires s'est fortement replié, à 133,4 millions de francs, contre 182,4 millions pour 2007/08. Les commandes ont quant à elles plongé de 188,5 à 132,5 millions. Dans le domaine de composants pour les machines-outils et la robotiques les ventes ont chuté de 40%.

A la lumière des ces résultats, le conseil d'administration renonce à proposer à l'assemblée générale des actionnaires du 13 janvier 2010 le versement d'un dividende. A cette date, deux administrateurs, Leo Steiner et Peter Rüd, ne se représenteront pas pour un nouveau mandat. Daniel Hirschi, ex-patron de la société fribourgeoise Saia-Burgess, est proposé à l'élection. Il devrait ensuite prendre la présidence de l'organe de surveillance.

Evoquant l'avenir, Schaffner ne livre pas de prévisions, les marchés manquant toujours de visibilité malgré la reprise observée ces derniers mois. Le groupe soleurois s'estime toutefois bien positionné pour profiter «plus que la moyenne» d'une embellie, en misant notamment sur les énergies renouvelables. (ats)

Ton opinion