Commerce extérieur suisse: Schneider-Ammann croit au marché indien
Actualisé

Commerce extérieur suisseSchneider-Ammann croit au marché indien

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann espère conclure un accord de libre-échange avec l'Inde d'ici à la fin de l'année, a-t-il dit jeudi au premier jour de son voyage dans le sous- continent.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann espère conclure un accord de libre-échange avec l'Inde.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann espère conclure un accord de libre-échange avec l'Inde.

Johann Schneider-Ammann espère conclure un accord de libre-échange avec l'Inde. Les négociations, qui ont lieu dans le cadre de l'AELE, vont s'intensifier.

L'Inde est aussi très intéressée par un tel accord, a expliqué Anand Sharma, ministre indien du Commerce et de l'Industrie, à la délégation économique qui accompagne le chef du Département fédéral de l'économie (DFE) ainsi qu'aux membres de la Chambre de commerce et d'industrie indienne.

Il n'a en revanche pas caché qu'il préférerait un accord multilatéral à un accord bilatéral. Le cycle de Doha lancé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) doit enfin aboutir et les traditionnelles discriminations contre l'Inde éliminées, selon lui.

Pour les deux ministres, la conclusion d'un accord de libre- échange entre l'Inde et les pays membres de l'AELE avant la fin de l'année est réaliste. Il est trop tôt pour citer des points d'accroches, a dit M. Schneider-Ammann. La protection de la propriété intellectuelle en Inde, pays produisant des génériques en masse, devrait être l'un des différends de ces négociations.

Promotion du cleantech

Au cours de la première journée de son voyage de trois jours, le chef du DFE a aussi rencontré le ministre du Travail Mallikarjun Kharge et celui des finances Pranab Mukherjee. Les discussions se sont révélées cordiales et fructueuses, a-t-il dit.

Cleantech Suisse, association pour les exportations du secteur des cleantech, et l'organisation indienne de l'industrie ICC ont signé en soirée un accord de partenariat à l'Ambassade de Suisse.

Cet accord devrait permettre à Cleantech Suisse d'accéder à plus de 90'000 entreprises indiennes susceptibles de s'intéresser aux technologies propres, a déclaré son président Uwe Krüger. L'Inde et son immense besoin en infrastructures est l'une des cibles importantes de la branche.

(ats)

Ton opinion