28.06.2020 à 09:34

Automobilisme

Schumi Jr: «Au début, j'utilisais d'autres noms»

Mick Schumacher a évité les comparaisons en changeant son propre nom, histoire d’échapper à la pression d’un des patronymes les plus fameux du sport automobile.

de
Sport-Center/RCa
Difficile de nier la ressemblance.

Difficile de nier la ressemblance.

Keystone

Le jeune homme de 21 ans va entamer sous peu sa deuxième saison de Formule 2, l’antichambre de la F1. Avant de reprendre enfin le volant après la crise du Covid-19, il s’est fendu d’une lettre ouverte sur le site de son sponsor personnel «Under Armour». Il y a notamment expliqué la difficulté de porter un nom des plus prestigieux.

«Au début, j'utilisais d'autres noms pour ne pas être reconnu. De cette manière, j'ai pu progresser sans être dérangé, sans devoir porter ce label 'fils de'», a-t-il reconnu. Le jeune Mick Schumacher se faisant alors appeler Michael Betsch, du nom de jeune fille de sa mère, Corinna. L’Allemand, dont l’oncle Ralf a aussi piloté en F1, a toutefois assuré que son géniteur l’avait inspiré.

«Les leçons qu'il m'a appris ne coulent pas de source. Une de ses leçons était de ne jamais être trop euphorique ou trop découragé. Pas même quand en 2018, j'étais seulement 10e en Formule 3 après 15 courses, a écrit Mick. Même à cette époque, je n'avais pas de doutes, ça allait devenir mon année. J'ai travaillé et ça a payé. Nous avons atteint le résultat que nous visions à Spa-Francorchamps. Ensuite, nous avons encore gagné sept courses et le titre...»

«Si tu parles avec ma famille et mes amis, ils diront tous que je suis mauvais perdant, peu importe l'enjeu: un simple petit jeu, une course jusqu'à un arbre... Peu importe le défi, je dois gagner, a souri le jeune homme, la pomme ne tombant forcément pas loin de l’arbitre. Evidemment, j'ai aussi connu des défaites et des contrecoups. Cela m'a appris une chose: quand tu perds, fais-le la tête haute. Avec classe.»

Mick Schumacher a très vite voulu imiter ses aînés: «J'ai rapidement réalisé que je voulais devenir pilote de Formule 1, un champion. À huit ans, je débutais dans les courses nationales. Quand j'ai eu 11 ou 12 ans, je savais que je voulais devenir pro. Je ne m'arrêterai pas avant d'avoir atteint les sommets. Je vais faire couler le champagne, rire et fêter avec mon équipe.» Le garçon n'a en revanche pas évoqué le cas de son géniteur, dont l'état de santé est gardé secret par la famille.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
57 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Franz...

28.06.2020 à 13:09

Honte à toi, déjà pour salir le nom que t'ont donné tes parents, et ensuite tu veux deshonnorer ton père qui eut un si grand prestige..

Ouèsava

28.06.2020 à 13:03

En tout cas son père peut difficilement le renier ! La ressemblance est frappante.

Radar mobile

28.06.2020 à 12:34

Une honte ton nom au point de le cacher ? Une honte d'avoir dit que tu l'as caché surtout. Bonne route et fais gaffe aux radars.