Actualisé 18.04.2017 à 11:39

Formule 1Sebastian Vettel s'est imposé à Bahreïn

Le pilote allemand reprend par la même occasion seul la tête du championnat du monde. Lewis Hamilton et Valtteri Bottas complètent le podium.

L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) a signé dimanche la 44e victoire de sa carrière.

L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) a signé dimanche la 44e victoire de sa carrière.

AFP/Andrej Isakovic

2-1 pour Vettel et Ferrari contre Hamilton et Mercedes: l'Allemand s'est adjugé le Grand Prix de Bahreïn dimanche devant son rival britannique, qui pourra regretter de s'être condamné à une pénalité de cinq secondes sans laquelle l'issue aurait pu être différente.

Parti de la deuxième ligne, derrière les Flèches d'argent, Vettel a dépassé Hamilton dans les premiers mètres, se calant derrière le Finlandais Valtteri Bottas. Sa stratégie consistant à s'arrêter pour la première fois aux stands avant les Mercedes s'est avérée payante sur le long terme.

Hamilton accuse un retard d'un peu plus de six secondes sur la ligne d'arrivée de la troisième manche de la saison de F1. Sans cette pénalité pour avoir freiné devant Daniel Ricciardo en entrant aux stands, il aurait pu espérer une véritable bagarre aux avant-postes.

Sur le podium, le triple champion du monde 2008, 2014 et 2015 s'en est d'ailleurs excusé: «L'incident dans la 'pitlane' était entièrement ma faute. Mes excuses à l'équipe. J'ai essayé de revenir mais la Ferrari était plus rapide aujourd'hui».

En conséquence, Vettel, vainqueur en Australie fin mars après dix-huit mois de disette pour lui et Ferrari, reprend la tête au classement des pilotes, qu'il partageait avec Hamilton avant la manche bahreïni, avec 68 points contre 61. Même cause, mêmes effets au classement des constructeurs, Ferrari devance désormais Mercedes avec 102 points contre 99.

Bottas devra attendre

Parti en pole position pour la première fois de sa carrière, Bottas n'est que troisième, après avoir accédé à la demande de son écurie de laisser passer son coéquipier chez Mercedes, plus rapide en fin de course.

Le remplaçant du champion du monde en titre et jeune retraité Nico Rosberg, qui avait surpris son monde en surclassant Hamilton dans les derniers instants des qualifications samedi, devra attendre encore pour accrocher à son tableau de chasse une première victoire en F1.

Les Sauber n'ont, elles, toujours pas marqué de points. Si Marcus Ericsson n'a pu rallier l'arrivée en raison d'une casse moteur, Pascal Wehrlein a lui échoué aux portes des points avec une 11e place.

A noter aussi que la course a été neutralisée par la voiture de sécurité entre les 13e et 17e tours à la suite d'un accrochage entre le Canadien Lance Stroll (Williams) et l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Toro Rosso).

Juste avant cela, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), victime d'un problème de freins, était sorti de la piste et le Danois Kevin Magnussen (Haas) avait abandonné après une panne.

Abandon également pour Fernando Alonso. L'Espagnol, qui a créé la sensation en milieu de semaine en renonçant au GP de Monaco le 28 mai pour disputer les 500 miles d'Indianapolis, en IndyCar, n'a encore pas terminé une course cette saison, handicapé par les problèmes de fiabilité récurrents de sa McLaren-Honda. Son coéquipier belge Stoffel Vandoorne n'a lui-même pas pu prendre le départ dimanche, à cause d'un nouveau problème de moteur.

Le championnat se poursuivra avec le Grand Prix de Russie, à Sotchi, le 30 avril.

Revivez le Grand Prix

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!