Grèce : Second jour de grève à Athènes
Actualisé

Grèce Second jour de grève à Athènes

La grève générale en Grèce se poursuivait mercredi pour le second jour consécutif. Les députés sont appelés à voter dans l'après-midi en faveur du projet de budget sur l'austérité.

La Grèce connaît des heurts en marge de la grève générale.

La Grèce connaît des heurts en marge de la grève générale.

Des centaines de personnes commençaient à se rassembler mercredi matin près du centre de la capitale pour défiler jusqu'au parlement sur la place Syntagma où de nouvelles manifestations sont prévues dans la journée. Le centre d'Athènes était bouclé à la circulation et le parlement était entouré d'un impressionnant dispositif des forces anti-émeutes pour empêcher les manifestants de s'approcher.

Les «indignés», un mouvement de protestation populaire, a prévu d'encercler «symboliquement» le parlement mercredi pour protester contre le vote en faveur de l'austérité. Mardi, en marge des manifestations de syndicats, des affrontements ont eu lieu entre des jeunes et des policiers qui ont tiré des salves de gaz lacrymogène pour les disperser.

28,4 milliards d'euro d'économie

Ayant une majorité absolue au Parlement, 155 sièges sur les 300, le parti socialiste au pouvoir espère que le projet du budget d'austérité, très impopulaire en Grèce mais crucial pour la poursuite de l'aide financière au pays par ses créanciers, l'UE et le FMI, sera adopté lors d'un premier vote prévu à 14h (13h suisses).

Ce projet prévoit des économies de 28,4 milliards d'euros et des privatisations massives devant apporter 50 milliards d'euros aux caisses de l'Etat d'ici 2015. Il est fortement contesté par les syndicats, qui observent depuis mardi une grève générale de 48 heures.

Ce mouvement va de nouveau perturber mercredi, comme la veille, les transports aériens et maritimes: les contrôleurs aériens vont observer deux arrêts de travail, dans la matinée et dans la soirée, tandis que la grève de certains syndicats des marins va entraver le départ des bateaux du port du Pirée, près d'Athènes, vers les îles.

Les banques et les pharmacies sont fermées, le secteur public paralysé tandis que les journalistes vont procéder à un arrêt de travail en début d'après-midi lors du vote du parlement. (ats/afp)

Ton opinion