Actualisé 13.07.2012 à 07:30

Conflit syndicalSécurité du travail en péril chez Securitas

A Genève, les patrouilleurs de nuit de la première entreprise suisse de sécurité privée dénoncent leurs conditions de travail. La direction de Securitas s'étonne de leur action.

de
tpi
Le SIT a distribu mercredi des tracts sur la place du Molard. (Photo: 20 Minutes)

Le SIT a distribu mercredi des tracts sur la place du Molard. (Photo: 20 Minutes)

Des heures supplémentaires non payées, des jours de congé annulés ou des vacances déplacées sans en avoir informé l'employé concerné. Les griefs de la trentaine d'agents Securitas en charge des patrouilles de nuit contre leur hiérarchie sont légion. Depuis deux ans et l'arrivée d'une nouvelle direction, le torchon brûle.

«Je suis en arrêt maladie depuis deux semaines pour dépression», témoignait mercredi un travailleur. Mandaté par vingt d'entre eux, le syndicat SIT demande à la première entreprise suisse de sécurité privée de revoir sa copie.

«Cette action nous étonne, commente Urs Stadler, responsable communication pour Securitas Suisse. Nous avions discuté avec les employés de ces problèmes et des solutions avaient été trouvées.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!