Attentat de Manchester: Sécurité renforcée pour les concerts chez nous?

Actualisé

Attentat de ManchesterSécurité renforcée pour les concerts chez nous?

L'attaque qui a touché les spectateurs du concert d'Ariana Grande soulève des questions de sécurité. Qu'en est-il en Suisse romande?

par
fec
Du côté du Caribana, les mesures de sécurité sont «régulièrement affinées».

Du côté du Caribana, les mesures de sécurité sont «régulièrement affinées».

F. Melillo

Comme lors de l'attentat au Bataclan à Paris en 2015, c'est tout le monde du spectacle qui est à nouveau sous le choc. «Je ressens du dégoût. C'est l'horreur», commente Michael Drieberg, directeur de Live Music Production, un des deux principaux organisateurs de concerts en Suisse romande avec Opus One.

En dépit de l'attentat de Manchester, le boss ne «changera rien» à son dispositif de sécurité durant ses concerts. «On avait déjà relevé le niveau il y a trois ou quatre ans en introduisant la palpation systématique aux entrées. Là, on ne peut pas faire grand-chose de plus. D'après ce que je sais, pour Ariana Grande, l'attentat a eu lieu à l'extérieur de la salle, sur le domaine public donc. Et là, les organisateurs n'y peuvent rien», ajoute-t-il. Le Genevois se pose toutefois la question de l'introduction de la fouille lors de tous les événements: «Ça commence à me choquer quand certains ne le font pas.» Michael Drieberg estime encore qu'il faut «éviter une psychose». «Il faut que les gens continuent de sortir, de s'amuser.»

Des dispositifs «affinés» au fil des ans

Même son de cloche du côté du Caribana, prochain festival open air en Suisse romande à l'agenda, du 7 au 11 juin 2017. «La tragédie d'hier soir ne change en rien nos mesures de sécurité. Celles qui sont appliquées ont été discutées et, au fil des années, régulièrement affinées avec les autorités. Les services compétents sont prêts à agir ou réagir face à toutes les situations», rassure Antoine Milesi, responsable communication au festival de Crans-sur-Nyon.

La France se renforce

Du côté français, en revanche, c'est le branle-bas de combat. Lors d'une conférence de presse, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, annonce que la sécurité sera renforcée: «Nous avons donné des consignes aux organisateurs des événements sportifs et culturels pour que la sécurité soit assurée partout.» Il a ajouté qu'une «circulaire» allant en ce sens allait être envoyée aujourd'hui aux préfets.

Au Paléo, on analyse avant de prendre des mesures «adaptées»

Comme tout acteur majeur du spectacle, le raout nyonnais est touché par ce qui s'est passé. Ce qui ne l'empêche pas de devoir «prendre le recul nécessaire». «Nous sommes naturellement préoccupés. Nous analysons tous les événements de ce type et nous adaptons, si nécessaire, le degré de risque et ceci en collaboration avec les autorités. Après un attentat, l'émotionnel prend évidemment le dessus. La réaction compréhensible des spectateurs est de penser que cela peut se passer partout et en tout temps», explique Pascal Viot, responsable de la sécurité du Paléo. L'homme rappelle également que le festival réalise déjà des «contrôles non-systématiques sur tout le périmètre du festival et pas sur un point fixe»: «Parce que des fouilles systématiques génèrent une congestion de la foule qui devient donc une cible potentielle. Ça, nous ne le voulons pas. Nous élaborons donc d'autres stratégies de sécurisation plus souples et moins prévisibles validées par les autorités compétentes». Comme de coutume, le Paléo ne communique pas précisément sur ses dispositifs sécuritaires «à moins qu'ils impactent directement le festivalier».

Ton opinion