Ségolène Royal pour le mariage gay
Actualisé

Ségolène Royal pour le mariage gay

La candidate à la candidature socialiste à la présidentielle Ségolène Royal se déclare favorable au mariage et au droit à l'adoption pour les couples homosexuels dans un entretien paraissant jeudi dans le mensuel gay «Têtu».

«Si je suis en situation, des avancées se feront, c'est sûr», affirme d'emblée la députée socialiste. «D'ailleurs, c'est dans le projet du PS», rappelle celle qui par le passé était réticente au mariage homosexuel. «Pour moi, la question fondamentale est celle des discriminations», explique Mme Royal.

Toutefois, «ces questions sont délicates» et «il faudra beaucoup d'explications et de conviction pour avancer résolument mais sans heurter inutilement», souligne-t-elle.

Interrogée sur la possibilité pour les couples homosexuels d'adopter un enfant, l'ancienne ministre de la Famille estime que, «à partir du moment où on reconnaît la famille homoparentale comme une famille, cette famille a le droit de concevoir un projet familial. Ce qui compte, c'est la qualité de ce projet». «Si un homosexuel peut adopter seul, pourquoi un couple homosexuel ne pourrait pas le faire?», ajoute-t-elle.

Concernant le mariage homosexuel, Mme Royal juge «cette revendication d'égalité des droits (...) cohérente avec l'émergence de libertés nouvelles».

«Construire sa vie avec dignité»

«Chacun doit pouvoir construire sa vie avec dignité, avec des règles claires, qui s'appliquent à tous». Ainsi, «en tant que parent, qui peut refuser à l'un de ses enfants de vivre son libre choix si un jour il ou elle lui dit: 'Je veux me marier avec une personne du même sexe'? Il faut donc que la loi le permette, mais sans l'imposer comme norme».

Toutefois, «sur ces questions de société, il faut rassembler une majorité de Français», souligne la députée socialiste. «J'ai la volonté de conduire ces réformes sans blessure, sans déchaîner les passions».

Car «la façon dont on s'y prend va compter énormément», insiste-t-elle. «Le droit de la famille fait partie des droits fondateurs de notre société. On ne doit pas s'y prendre à la légère».

Ségolène Royal «pense toujours que le mot union est juste» pour désigner le mariage homosexuel, «qu'il correspond plus à la réalité». Mais «j'ai bien conscience du symbole: si on parle seulement d'union, on va dire qu'il s'agit d'un sous-mariage», concède-t-elle. «L'ouverture du mariage aux couples de même sexe est dans le projet du PS. Le débat aura lieu, et si une majorité de gauche est élue, elle votera un texte mettant en application ce projet». (ap)

Ton opinion