Craignant pour sa vie: Seif Al-Islam proposerait de se rendre

Actualisé

Craignant pour sa vieSeif Al-Islam proposerait de se rendre

L'un des fils Kadhafi, en fuite près de la frontière du Niger, aurait proposé de se rendre à la Cour pénale internationale, craignant pour sa sécurité en Libye et dans les pays voisins.

par
20 minutes/ats/afp

Seif Al-Islam Kadhafi et l'ancien chef des services de renseignements du régime déchu, Abdoullah al Senoussi, proposent de se rendre à la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé mercredi un haut responsable militaire du Conseil national de transition (CNT).

«Ils offrent le moyen de se rendre à (la juridiction de) La Haye», a déclaré Abdel Majid Mlegta à propos des deux fugitifs.

Les deux hommes estiment ne plus être en sécurité en Libye, pas plus qu'en Algérie ou au Niger, autres pays voisins susceptibles de les accueillir. Le Niger demanderait d'ailleurs une somme d'argent jugé trop importante pour laisser entrer Seif Al-Islam Kadhafi et Abdoullah al Senoussi.

Il a précisé que son information émanait de sources proches des services de renseignements qui lui ont dit que les deux fugitifs cherchaient à passer un accord pour se rendre à la CPI par le truchement d'un pays voisin non précisé.

Ils auraient conclu qu'ils n'étaient plus en sécurité en Libye et qu'ils ne le seraient pas plus en Algérie ou au Niger. «Ils pensent qu'il n'est pas sûr pour eux de rester là où ils sont ou d'aller où que ce soit», a-t-il dit en précisant que le Niger réclamait une trop forte somme d'argent.

A La Haye, la CPI n'a pas confirmé cette offre.

«Nous n'avons pour le moment aucune confirmation. Nous tentons d'entrer en contact avec le CNT pour plus d'information», a déclaré le porte-parole du tribunal international, Fadi el Abdallah.

Le fils du guide défunt, longtemps présenté comme son dauphin présomptif, est visé par un mandat d'arrestation international, tout comme Abdoullah al Senoussi, et, jusqu'à sa mort jeudi à Syrte, Mouammar Kadhafi.

Seif Al-Islam est en fuite depuis la chute du régime en août. Il a quitté précipitamment la ville de Bani Walid la semaine dernière et il se trouverait depuis dans le Sud-Libyen, aux confins du Niger, dans une région reculée très difficile d'accès.

D'après un responsable du CNT, il s'apprêterait à quitter la Libye muni d'un faux passeport.

Un des frères de Seif Al-Islam, Saadi, ancien footballeur, vit au Niger tandis que la veuve du Guide, Safia, sa fille, Aïcha, et deux autres fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal et Mohamed, se sont réfugiés en Algérie.

Le Niger doit coopérer avec la CPI

Le Niger doit coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI) en vue de l'arrestation de Seif Al-Islam, fils du défunt leader Mouammar Kadhafi, et de l'ex-chef des renseignements libyens Abdallah Al-Senoussi, a déclaré mercredi la Cour.

«Le Niger a sans aucun doute l'obligation de coopérer, étant donné qu'il est un Etat partie au Statut de Rome», le traité fondateur de la CPI, a déclaré à l'AFP Fadi El Abdallah, un porte-parole de la Cour.

Le porte-parole a cependant rejeté certaines allégations des médias selon lesquelles les deux hommes auraient l'intention de se livrer à la CPI, affirmant n'avoir reçu aucune «information ou confirmation» en ce sens.

Selon un responsable touareg, le fils de Mouammar Kadhafi, dauphin pressenti avant la chute du régime, et Abdallah Al-Senoussi, ancien chef des services secrets militaires, se seraient rendus mardi à la frontière du Niger pour y chercher refuge.

Les deux hommes sont recherchés par la CPI pour crimes contre l'humanité commis après le début du mouvement contre le régime du colonel Kadhafi mi-février. Ils font l'objet de mandats d'arrêt de la CPI émis le 27 juin ainsi que de notices rouges d'Interpol.

Le colonel Kadhafi, qui a régné sur la Libye pendant 42 ans et faisait également l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI, est mort jeudi dans des circonstances encore non éclaircies après sa capture par des combattants du nouveau régime libyen.

Le Niger, pays limitrophe de la Libye, abrite déjà des dizaines de responsables du régime, dont un autre fils de Mouammar Kadhafi, l'ancien footballeur Saadi Kadhafi.

(20 minutes/ats/afp/ats/afp)

Ton opinion