Libye : Seif se serait réfugié en territoire nigérien
Actualisé

Libye Seif se serait réfugié en territoire nigérien

Seif Al-Islam Kadhafi, fils du défunt Mouammar Kadhafi recherché par la Cour pénale internationale (CPI), a franchi la frontière de la Libye avec le Niger, a déclaré jeudi un responsable du CNT.

Seif Al-Islam tenterait de se rendre à la CPI.

Seif Al-Islam tenterait de se rendre à la CPI.

Craignant pour sa vie s'il est capturé en Libye, Seif Al-Islam n'a pas encore trouvé le moyen de se rendre à la CPI, a précisé le responsable.

«Il y a un contact avec le Mali, l'Afrique du Sud et un autre pays voisin pour organiser sa sortie (...) Il n'a pas encore reçu de confirmation, il attend toujours», a ajouté le responsable du Conseil national de transition (CNT), qui a demandé à conserver l'anonymat.

Protégés par les touaregs

S'il peut puiser dans l'immense fortune accumulée par le clan Kadhafi au cours de ses quarante-deux ans de règne, les options de Seif Al-Islam demeurent limitées en raison des poursuites engagées par la CPI pour son rôle dans la répression contre l'insurrection.

Cela pourrait expliquer son apparente volonté, confirmée par des enregistrements des services de renseignement transmis aux autorités intérimaires, de négocier sa reddition avec la CPI.

La cour tente toujours d'obtenir des précisions sur la situation et les intentions du fils de Kadhafi ainsi que celles de l'ancien chef du renseignement libyen, Abdoullah el Senussi, également sous le coup d'un mandat d'arrêt international.

Selon une source au sein du CNT, les deux hommes, toujours en fuite, sont ensemble et sont protégés par des nomades touaregs.

Jusqu'au-boutiste

Le plus jeune fils de Kadhafi a souvent été présenté comme le membre le plus libéral de la famille avant d'adopter une position jusqu'au-boutiste face au soulèvement des rebelles qui ont conquis la capitale Tripoli en août.

«Il veut qu'on lui envoie un avion. Il veut des garanties», a poursuivi la même source au sein du CNT. Un porte-parole de la CPI a précisé que l'instance judiciaire tentait de confirmer les déclarations de la source interne au CNT et de mettre sur pied les dispositions du transfert des deux fuyards.

(ats)

Ton opinion