Lucerne: Seize ans et déjà trafiquants
Actualisé

LucerneSeize ans et déjà trafiquants

La police de Lucerne a démantelé un trafic de drogues et de médicaments impliquant une cinquantaine d'adolescents et de jeunes adultes âgés de 16 à 21 ans.

par
lhu
1 / 3
Les autorités pénitentiaires de Lucerne enquêtent sur une cinquantaine dadolescents et de jeunes adultes qui se sont procurés des médicaments, des amphétamines, de lecstasy et de la marijuana.

Les autorités pénitentiaires de Lucerne enquêtent sur une cinquantaine dadolescents et de jeunes adultes qui se sont procurés des médicaments, des amphétamines, de lecstasy et de la marijuana.

Luzerner Kapo
Ces substances étaient illégalement importées en Suisse et en partie revendues. Les suspects se fournissaient grâce à un système très sophistiqué, sans cesse changeant via le darknet (ndlr: Internet caché).

Ces substances étaient illégalement importées en Suisse et en partie revendues. Les suspects se fournissaient grâce à un système très sophistiqué, sans cesse changeant via le darknet (ndlr: Internet caché).

Luzerner Kapo
«Cest (un trafic) dune ampleur effrayante et cela doit être pris très au sérieux. les consommateurs sont de plus en plus jeunes et peu conscients des dangers», explique Jürg Wobmann, chef de la police criminelle de Lucerne.

«Cest (un trafic) dune ampleur effrayante et cela doit être pris très au sérieux. les consommateurs sont de plus en plus jeunes et peu conscients des dangers», explique Jürg Wobmann, chef de la police criminelle de Lucerne.

Keystone/Alexandra wey

Les autorités pénitentiaires de Lucerne enquêtent sur une cinquantaine d'adolescents et de jeunes adultes qui se sont procurés des médicaments, des amphétamines, de l'ecstasy et de la marijuana. Ces substances étaient illégalement importées en Suisse et en partie revendues. Les suspects se fournissaient grâce à un système très sophistiqué, sans cesse changeant via le darknet (ndlr: Internet caché).

«Nos sections spécialisées du Service de la jeunesse et des stupéfiants ont enquêté pendant des mois et découvert le réseau de professionnels», explique Jürg Wobmann, chef de la police criminelle de Lucerne. Dans le cadre de l'enquête, d'innombrables arrestations, perquisitions et interrogatoires ont eu lieu. «C'est (un trafic) d'une ampleur effrayante et cela doit être pris très au sérieux. Les consommateurs sont de plus en plus jeunes et peu conscients des dangers», explique-t-il.

Jeunes délinquants, graves conséquences

Les auteurs présumés sont des adolescents et des jeunes adultes âgés de 16 à 21 ans. Ce sont principalement des Suisses qui vivent notamment dans l'agglomération de la ville de Lucerne. Le ministère public et le service des mineurs enquêtent sur des cas de falsification de documents, de fraude, de vol, d'abus de matériel informatique, de violation de la loi sur les stupéfiants, sur la circulation routière et en partie sur les armes. «Les conséquences d'une condamnation ne peuvent être sous-estimées, en particulier pour les jeunes», met en garde le procureur Général Daniel Burri.

Trafiquants et consommateurs

La majorité des parents des inculpés ne se rendaient pas compte à quel point leur enfant était dépendant de ces substances. Certains ont toutefois vécu l'enquête policière comme un réveil. «Pour moi, l'arrestation a été un coup de semonce. Cela m'a aidé à sortir de la dépendance», a déclaré l'un des accusés.

Un cercle vicieux

Dans la plupart des cas de trafic et de consommation de substances illicites, les suspects prennent des amphétamines (effet stimulant) pour être plus attentifs et améliorer leurs performances quotidiennes en classe. Puis, pour amorcer la descente, ils utilisent des sédatifs, ce qui crée un cercle vicieux.

L'utilisation combinée de ces substances, parfois même couplée avec de l'alcool ou d'autres drogues, peut avoir de graves conséquences sur la santé. «Nous constatons régulièrement avec inquiétude que les écoliers, les étudiants et les apprentis abusent également des médicaments pour améliorer leurs performances. Les conséquences peuvent être fatales», souligne David Dürr, chef du service cantonal lucernois de la santé et des sports.

(lhu/20 minutes)

Ton opinion