Actualisé 19.10.2009 à 11:54

Genève

Seize candidats pour sept sièges

Tout est clair pour l'élection au Conseil d'Etat genevois du 15 novembre.

Vu le mode de scrutin, l'élection devrait se résumer à un affrontement entre les deux blocs formés par la gauche et la droite.

La liste des candidats a été close lundi à midi. L'Entente, rassemblant les libéraux, les démocrates-chrétiens et les radicaux, présente un ticket à quatre. En face, les Verts et les socialistes, qui entendent conserver la majorité au gouvernement, partent également à quatre dans la course.

MCG et UDC isolés

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) vise deux sièges, et l'UDC un. Les deux partis, qui draguent le même électorat protestataire, ont toutefois le handicap d'être isolés sur la scène politique et de se lancer dans la bataille sans allié. Les Communistes représenteront la sensibilité d'extrême gauche avec trois candidats.

L'élection aura aussi ses candidats «folkloriques». Le Bouffon de la République, véritable habitué de l'élection pour le Conseil d'Etat, part ainsi une nouvelle fois en campagne. Paul Aymon, dit Paul Sierre, connu sous le nom du Prophète, devrait également grapiller quelques voix parmi les citoyens du canton.

Un scrutin particulier

A Genève, l'élection au Conseil d'Etat genevois se fait à la majorité relative qualifiée. Il faut réunir au moins 33,3% des suffrages pour être élu. Dans ces conditions, un deuxième tour n'est presque jamais nécessaire. Ce mode de scrutin favorise les candidats des partis qui parviennent à conclure des alliances.

A droite, l'Entente présente le radical sortant François Longchamp, le PDC sortant Pierre-François Unger et le libéral sortant Mark Muller. Les libéraux ont aussi lancé dans la course Isabel Rochat, avec pour but de reconquérir la majorité gouvernementale laissée ses quatre dernières années aux mains des Verts et des socialistes.

A gauche, les Verts comptent sur le sortant David Hiler et sur la députée Michelle Künzler. Cette dernière devra conserver le siège abandonné par Robert Cramer. Les socialistes font pour leur part confiance au sortant Charles Beer et à la députée Véronique Pürro, qui doit combler le départ de Laurent Moutinot.

Le MCG présente le bouillant député et cofondateur du mouvement Eric Stauffer, ainsi que l'avocat Mauro Poggia. L'UDC fait cavalier seul avec la candidature du conseiller national Yves Nidegger. Les Communistes lancent de leur côté dans la course Laurent Tettamanti, Xavier Carlo et Fahid Taghavi.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!