Actualisé

Droits d'imageSelena Gomez star à son insu d'un jeu sur mobile

L'artiste américaine demande 10 millions de francs à un éditeur qui a repris les traits de son visage et son look.

par
laf
L'avatar de Clothes Forever s'est visiblement inspiré de la couverture du magazine canadien Flare datant de 2015.

L'avatar de Clothes Forever s'est visiblement inspiré de la couverture du magazine canadien Flare datant de 2015.

L'application «Clothes Forever» est décrite sur l'App Store d'Apple comme «le nouveau jeu de mode le plus branché». Elle permet aux joueurs d'habiller des avatars de célébrités qui ressemblent à des stars comme les Kardashian, Adèle ou Selena Gomez. «Kardashian, Gigi, Beyonce, Taylor et bien d'autres passeront et vous demanderont vos conseils de mode», vante son éditeur, qui invite également à «larguer des mecs sexy comme Leo, Justin, Zac ou Messi».

Mais les différents ambassadeurs n'ont manifestement pas été consultés pour leur rôle d'avatar, à l'exemple de Selena Gomez. L'artiste américaine a intenté une action en justice. Ses avocats ont demandé 10 millions de francs pour l'utilisation sans droits d'un personnage lui ressemblant comme deux gouttes d'eau.

«Les défendeurs n'ont jamais demandé, consulté ou informé Selena Gomez concernant l'utilisation du moindre droit de publicité pour le jeu, ont motivé ses avocats. Si on le lui demandait, elle n'aurait pas non plus consenti pour un jeu qui s'appuie apparemment sur la pratique peu recommandable d'attirer ses utilisateurs pour financer des dépenses imaginaires dans le jeu et débloquer des fonctionnalités.»

«Clothes Forever - Styling Game» est déjà disponible depuis 2017 sur l'App Store d'Apple. Il permet aux utilisateurs d'acheter des «diamants» à des prix allant de 0,99 $ à 99,99 $ et de faire des achats virtuels avec des célébrités. Le jeu mobile est «criblé de bogues», selon les commentaires sur l'App Store où il obtient 3,5 sur 5.

Sur le banc des accusés, on trouve Guangzhou Feidong Software Technology Co., le vendeur chinois du jeu, ainsi que MutantBox Interactive Limited, la société britannique qui détient les droits d'auteur sur le jeu.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!