Affaire Kadhafi: Selon l'Espagne, la situation progresse
Actualisé

Affaire KadhafiSelon l'Espagne, la situation progresse

Le ministre espagnol des affaires étrangères Miguel Angel Moratinos a fait part jeudi à Madrid de «progrès» dans une situation «difficile» entre la Suisse et la Libye.

Le chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos a rencontré Micheline Calmy-Rey et son homologue libyen Moussa Koussa à Madrid. Une autre rencontre de haut rang doit avoir lieu ce vendredi à Berlin.

Les trois ministres se sont retrouvés au Palais Viana, siège du ministère espagnol des affaires étrangères à Madrid. Lors d'une conférence de presse, M. Moratinos - dont le pays assure la présidence de l'Union européenne (UE) - a estimé que la situation était «difficile», mais qu'il avait constaté des «progrès» sur le dossier et une «volonté de trouver une solution».

La rencontre de jeudi visait à résoudre la crise diplomatique entre la Suisse et la Libye, qui a débordé sur les pays européens depuis que Tripoli a suspendu l'octroi de visas aux citoyens de l'espace Schengen. Une réponse, selon le régime libyen, au durcissement de la politique de visas de la Confédération à l'égard des citoyens libyens.

«Nous avons bien travaillé»

A l'issue des discussions, Mme Calmy-Rey a déclaré: «Nous avons bien travaillé». Les entretiens seront poursuivis, a ajouté la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La ministre suisse a tout d'abord rencontré son homologue espagnol. Celui-ci a ensuite discuté avec le ministre libyen des affaires étrangères. Une discussion tripartite a eu lieu dans la foulée.

Selon un communiqué du DFAE, la conseillère fédérale a expliqué que la Suisse avait durci sa politique de visas à l'encontre de la Libye à l'automne 2009, après l'enlèvement des deux Suisses retenus à Tripoli.

Mi-septembre 2009, alors qu'ils devaient subir des tests médicaux, Max Göldi et Rachid Hamdani - retenus en Libye depuis juillet 2008 - avaient été conduits dans un lieu tenu secret par Tripoli, avant d'être remis le 9 novembre à leur ambassade. Les autorités libyennes n'avaient donné aucune explication.

«Souveraine et légale»

Se référant aux mesures prises par la Suisse concernant les visas délivrés aux Libyens, M. Moratinos a dit espérer que les restrictions soient levées «le plus vite possible». La décision de la Confédération est «souveraine et légale», a toutefois tenu à relever le ministre.

La crise entre la Suisse et la Libye a également occupé jeudi les responsables européens à Bruxelles. Les ambassadeurs des 27 pays membres de l'UE ainsi que les experts du groupe visas des Etats associés à l'espace Schengen, dont la Suisse fait partie, ont évoqué ce contentieux. Plusieurs sources européennes ont dit à l'ATS espérer un règlement dans les 48 heures.

Selon des sources européennes, une réunion doit avoir lieu ce vendredi à Berlin entre des représentants des différentes parties. Interrogé jeudi soir par l'ATS, le DFAE n'était pas en mesure de confirmer.

«Bassesse politique»

Alors que la diplomatie tourne à plein régime, la Libye a une nouvelle fois soufflé le froid jeudi, qualifiant de «bassesse politique» la «liste noire» de personnalités libyennes interdites d'entrée en Suisse. Un porte-parole du gouvernement a estimé que Berne veut ainsi «détourner l'attention de l'accord» signé en août 2009 pour régler la crise.

Selon une source du Conseil à Bruxelles, cette fameuse liste comporte 150 noms. Les Libyens ont avancé ces derniers jours le chiffre de 188.

Toute cette affaire a débuté avec l'arrestation en juillet 2008 de l'un des fils du colonel Kadhafi, Hannibal, dans un palace genevois. Des photos d'Hannibal prises par la police peu après cette arrestation ont été publiées quelque temps plus tard dans la «Tribune de Genève», provoquant le courroux de la Libye.

Dans un communiqué publié jeudi, la justice genevoise a indiqué que l'enquête ouverte suite à cette publication suivait son cours. Les autorités genevoises se sont dites déterminées à découvrir le ou les auteurs de ces divulgations. (ats)

Ton opinion