Senderos: «Parfois, les réactions sont un peu vives»
Actualisé

Senderos: «Parfois, les réactions sont un peu vives»

FOOTBALL – En camp d'entraînement en Floride, la Suisse a affronté tôt ce matin les «reggae boyz» de la Jamaïque.

Agé d'à peine 22 ans, Philippe Senderos fait déjà partie des cadres incontournables de la sélection suisse. Le Genevois d'Arsenal évoque l'équipe nationale.

– On ne peut pas échapper à cette question en ce moment: Philippe, quelle est l'ambiance au sein de l'équipe de Suisse?

– Mais elle est très bonne (n.d.l.r.: il soupire)! Entre les joueurs, tout se passe à merveille. Il n'y a jamais eu de problème.

– Les circonstances actuelles sont quand même particulières...

– Ce que je peux dire, c'est que j'éprouve toujours un très grand plaisir à rejoindre l'équipe de Suisse et retrouver mes potes.

– Il y a quand même quelques accrochages de temps en temps, y compris sur le terrain...

– Mais c'est normal. Nous voulons tous gagner et donner le meilleur de nous. A l'entraînement comme en match. Donc, parfois, il y a des réactions un peu vives. C'est préférable d'avoir une équipe faite de joueurs qui en veulent plutôt que le contraire.

– Mardi matin, Köbi Kuhn a parlé des soucis actuels de l'équipe de Suisse, notamment du cas Vogel. La discussion a-t-elle porté ses fruits?

– Les choses sont simples: l'entraîneur a pris sa décision et nous l'a expliquée. A nous de continuer d'aller de l'avant, sans penser au passé.

(si)

Ton opinion