Actualisé 24.03.2015 à 09:27

Suisse

Sept cantons accueillent les réfugiés syriens

La Suisse a déjà accueilli plus de 200 réfugiés touchés par le conflit en Syrie sur les 500 prévus dans le cadre d'un projet pilote en lien avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Les premières victimes du conflit syrien sont arrivées fin 2013, en Suisse, tandis que les quelque 300 personnes restantes sont attendues d'ici fin 2015.

Jusqu'ici sept cantons ont joué le jeu, dont deux romands: Genève et Valais, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat aux migrants (SEM). Des Irakiens et des Palestiniens provenant de Syrie et d'Irak, des Syriens réfugiés au Liban et en Jordanie ont déjà bénéficié de ce programme.

Il s'agit pour moitié de femmes, de 45 familles avec 121 enfants, de dix personnes seules, 33 personnes souffrant de problèmes psychiques, de 34 malades et 17 handicapés. Ces personnes ont ainsi obtenu l'asile sans passer par la procédure ordinaire.

La Suisse s'est fixé pour objectif d'accueillir des réfugiés particulièrement vulnérables auxquels le HCR a d'ores et déjà reconnu la qualité de réfugié. Ce projet pilote prévoit que le contingent de réfugiés à accueillir soit constitué, à raison de 40 à 60% de femmes ou de jeunes filles et d'au moins 7% de personnes affaiblies sur les plans physique ou mental.

Programme d'intégration spécial

Les bénéficiaires de ce programme sont dans un premier temps sélectionnés par le HCR. Chaque dossier est ensuite examiné par le SEM et par le service de renseignements de la Confédération. Une fois arrivés dans le canton, les réfugiés, passé un temps d'acclimatation, se voient offrir un programme d'intégration spécialement développé pour eux.

Les programmes s'inspirent d'un modèle scandinave d'une durée de deux ans qui a fait ses preuves. Le programme commence déjà avant l'arrivée en Suisse. Les réfugiés peuvent déjà se familiariser avec les réalités suisses, en prenant connaissance des valeurs de la Constitution fédérale ou plus prosaïquement de la langue parlée, des filières professionnelles ou des institutions sociales.

Uns fois arrivés, les autorités cantonales élaborent, pour chacun d«entre eux, un plan d'intégration personnel. Cela va, par exemple, d'un cours de langue intensif ou d'un cours d«alphabétisation, d'offres spéciales d'encouragement précoce pour parents ou de mesures pédagogiques spéciales en milieu scolaire.

Un coach à leurs côtés

Une autre particularité du programme est le recours à un suivi personnalisé. Les cantons mettent au service de chaque réfugié un coach chargé de suivre le cours de son intégration personnelle et de lui apporter un soutien. Pour garantir une pratique uniforme dans les différents cantons d'accueil, le Secrétariat d'Etat aux migrations mettra à la disposition des coachs une méthode de suivi.

Le projet d'accueil est prévu sur trois ans. A l'échéance de ce délai, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) évaluera le projet pilote en concertation avec les cantons. Ce programme pilote concrétise une décision du Conseil fédéral de septembre 2013.

Mais face à l'aggravation de la guerre en Syrie, le gouvernement a annoncé il y a environ deux semaines qu'il accueillerait 3000 réfugiés syriens ces trois prochaines années. Environ 2000 bénéficieront d'un programme similaire de réinstallation. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!