Actualisé 11.02.2019 à 09:58

LausanneSept heures de dialogue pour sauver une vie

Un individu aux idées funestes a tenu en haleine le centre-ville de la capitale vaudoise, samedi. La police a dû boucler plusieurs artères.

de
apn
Un matelas gonflable avait été déployé pour éviter l'irréparable. Mais les négociateurs de la police ont réussi à faire entendre raison au désespéré.

Un matelas gonflable avait été déployé pour éviter l'irréparable. Mais les négociateurs de la police ont réussi à faire entendre raison au désespéré.

«Les négociations ont duré de 10 h 30 à 17 h 30. Au début, l'individu était armé d'un couteau et menaçait de s'en prendre à lui-même.» Sylvain Jacot-Descombes, porte-parole de la police lausannoise, est revenu sur la tension qui a régné samedi dans l'un des quartiers les plus fréquentés de la ville.

À l'origine de cette agitation, un homme qui marche sur les toits en menaçant de sauter dans le vide. Des policiers d'élite ont été déployés pour éviter l'irréparable... Et pour finir, plus de peur que de mal. Le répondant presse est d'avis que des conciliabules d'une telle longueur sont «assez rares». Mais l'officier de police n'a pas souhaité s'appesantir sur les éléments ayant permis de ramener l'individu désespéré à la raison.

Une voisine: «Il a failli tomber plusieurs fois»

«À plusieurs reprises, il a failli tomber en marchant sur les toits. J'ai également entendu des bruits de pétards. L'ambiance était lourde», témoigne Christelle, une riveraine. «Nous avons utilisé un engin détonant pour faire diversion», confirme la police.

Trafic perturbé, commerçants fâchés

Plusieurs artères ont été bouclées. Ce qui a provoqué des perturbations sur le trafic des bus. Pour certains établissements qui ont dû momentanément fermer, c'était la soupe à la grimace. «Les commerçants tiraient la gueule», avance Frédéric, un quadragénaire lausannois. «Nous sommes allés au contact des établissements pour expliquer ce qui se passait. Nous avons tout fait pour limiter les dégâts. Les fermetures ont été faites en dernier recours», avance la police.

Quant à l'individu, il a fini par entendre raison et a été acheminé dans une structure hospitalière.

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!