Serbie: Tadic remporte l'élection
Actualisé

Serbie: Tadic remporte l'élection

Le président sortant pro-européen Boris Tadic est donné vainqueur du second tour de la présidentielle en Serbie.

Le président sortant pro-européen Boris Tadic est donné vainqueur du second tour de la présidentielle en Serbie. Selon les premiers résultats officiels, il a remporté 51,16 % des voix contre 47,18 % à son adversaire, l'ultranationaliste pro-russe Tomislav Nikolic.

Ces chiffres, diffusés peu après 22h00 par la Commission électorale centrale serbe (RIK), reposaient sur le dépouillement des suffrages de 56,97 % des bureaux de vote.

Tomislav Nikolic a reconnu sa défaite. «Tadic a gagné, je lui présente mes félicitations», a-t-il dit au siège de sa formation, le Parti radical serbe (SRS). «Je voudrais appeler tout le monde à garder son calme», a-t-il ajouté.

Aussitôt après ces annonces, un concert de klaxons a retenti à Belgrade tandis que des voitures arborant à leurs fenêtres des drapeaux jaune et bleu du Parti démocrate (DS) de M. Tadic sillonnaient la ville.

Participation massive

Les Serbes ont voté en nombre lors de cette présidentielle qui a pris la dimension d'un référendum pour ou contre le rapprochement avec l'Union européenne (UE).

La participation a en effet atteint 67,6 % (plus de 4,5 millions de votants sur environ 6,7 millions d'inscrits). Un chiffre record depuis l'élection présidentielle de 2000, qui avait précipité la chute du régime autoritaire de Slobodan Milosevic.

L'élection de dimanche, considérée comme «la plus incertaine» de l'histoire récente de la Serbie, était aussi la plus importante depuis 2000. «Nous aurons une sorte de référendum sur la voie que la Serbie doit prendre. Je m'attends à ce que les électeurs choisissent la poursuite des réformes entamées en octobre 2000», avait déclaré M. Tadic.

Indépendance du Kosovo

Le vote est intervenu alors que les leaders albanais du Kosovo ont annoncé qu'ils proclameraient rapidement l'indépendance de la province administrée par l'ONU depuis la fin du conflit de 1998- 1999 entre les forces serbes et les séparatistes albanais.

Les Serbes du Kosovo ont voté sans grand espoir d'empêcher cette indépendance annoncée sous l'oeil indifférent des Albanais qui boycottent les élections serbes depuis 1989.

«Ils (les Serbes) votent en vain. Nous allons déclarer l'indépendance très prochainement», a affirmé le kosovar albanais Rushit Hajrizi, un agriculteur de 43 ans. Au premier tour, M. Nikolic était arrivé en tête avec 39,99 % de voix contre 35,39 % à M. Tadic.

Intégration européenne

Comme son adversaire, le président sortant est opposé à l'indépendance du Kosovo mais, contrairement à lui, il est persuadé que la Serbie n'a d'autre voie que l'intégration européenne. M. Tadic considérait qu'une victoire de son adversaire aurait fait replonger la Serbie dans l'isolement qu'elle a connu sous Milosevic en raison des guerres et des sanctions internationales.

Le perdant, M. Nikolic, a déclaré durant la campagne que la Russie qui a accordé à la Serbie un soutien sans faille à son opposition à l'indépendance du Kosovo, est un «partenaire stratégique» plus fiable que l'UE.

L'UE qui n'a pas caché sa préférence pour M. Tadic, a suivi le vote avec d'autant plus d'attention qu'elle doit envoyer prochainement une mission au Kosovo pour prendre la relève de celle de l'ONU. (ats)

Ton opinion