Masters féminin: Serena Williams en demi-finale, Wozniacki y est presque
Actualisé

Masters fémininSerena Williams en demi-finale, Wozniacki y est presque

L'Américaine Serena Williams a fait honneur à son rang de N.1 mondiale du circuit féminin en se qualifiant pour les demi-finales du Masters, jeudi à Doha, la Danoise Caroline Wozniacki, victorieuse dans la douleur de la Russe Vera Zvonareva, remplaçante de Danira Safina, y étant presque.

Si Serena Williams a facilement battu la Russe Elena Dementieva (6-4, 6-2) pour signer son troisième succès en trois rencontres, Caroline Wozniacki a encore souffert et terminé son match-marathon en larmes -le deuxième après celui face à la Bélarusse Victoria Azarenka en près de trois heures-, percluse de crampes.

«Je me sens mieux maintenant. Je me suis calmée et je me suis fait masser», a raconté la jeune Danoise, 19 ans, après sa victoire 6-0, 6-7 (3/7), 6-4 en 2 h 48 min., et avoir reçu une standing ovation du public qatari.

«Je vais faire tout ce qui est en mon possible pour être prête pour demain (vendredi et son dernier match de groupe contre Jelena Jankovic). Je vais beaucoup m'hydrater, bien manger, m'étirer, me faire masser, prendre un bain d'eau salée», a ajouté Wozniacki, passée par toutes les émotions durant ce match.

Tout d'abord l'euphorie, puisqu'elle menait 6-0, 5-2 en à peine une heure face à une adversaire dépassée. Puis, la frustration et le doute, quand deux balles de match gâchées plus tard, la Danoise voyait son adversaire -pourtant gênée par des saignements au nez- recoller puis égaliser à un set partout au jeu décisif.

Mais Wozniacki ne se décourageait point et repartait de l'avant pour mener 3-1 avant une nouvelle baisse de régime (3-3). Au cours des derniers jeux, elle a fait preuve d'une grande force de caractère pour battre, dans la douleur, Zvonareva en lui prenant un ultime service. Victime de crampes, elle était en larmes durant tout le dernier jeu, s'affalant même sur le court à deux points de la victoire.

«A 3-1, j'avais les crampes à la jambe gauche et la douleur s'empirait jeu après jeu. Je ne sais absolument pas comment j'avais pu tenir jusqu'au bout. J'en suis donc très heureuse», a conclu la finaliste du dernier US Open, visiblement soulagée. (afp)

Ton opinion