Fashion Week: Serena Williams se lance, Coach joue la fraîcheur
Actualisé

Fashion WeekSerena Williams se lance, Coach joue la fraîcheur

Le sixième jour de la Fashion Week new-yorkaise a été riche en contrastes avec entre autres les défilés Tory Burch, Vera Wang, Coach et Serena Williams.

1 / 54
kein Anbieter
kein Anbieter
kein Anbieter

Alors que Serena Williams présentait sa première collection, Tory Burch célébrait «la beauté inattendue» à la Fashion Week de New York, tandis que Vera Wang offrait une collection inspirée par le film «Belle de Jour» et Rodarte par la poésie.

Un nombre record de 71 événements figuraient au programme du sixième jour de la Semaine, qui devait se clôturer dans la nuit avec le défilé Oscar de la Renta.

Serena garde le sourire

Quatre jours après sa défaite surprise en demi-finale de l'US Open de tennis, Serena Williams a changé de terrain pour présenter son premier défilé, 23 silhouettes décontractées dont les vêtements étaient immédiatement disponibles sur internet pour des prix allant de 29,90 dollars à 129,90 dollars.

Les franges ajoutaient de la fantaisie à des coupes assez classiques. Quant aux matières, la jeune designer a beaucoup utilisé le cuir et le daim.

La rumeur d'une liaison entre l'artiste canadien Drake et la championne américaine allait bon train, entretenue par un baisemain en coulisse et l'utilisation d'un morceau de Drake durant le défilé.

Tory Burch célèbre la beauté

La styliste américaine Tory Burch a été inspirée par la «beauté et comment on peut la trouver en des endroits inattendus. La beauté n'est pas directe, parfois, elle arrive avec l'âge et la patine», a confié la designer à l'AFP. Sa collection, toujours élégante, jouait résolument les contrastes.

Un top d'organza iridescent y était porté sur camisole de soie assorti à un large pantalon de coton blanc. Une robe de coton rayé type chemise pour homme était largement fendue sur la cuisse, et rebrodée de grosses fleurs rouges, un délicat maillot de bain à smokes était porté avec une longue veste tricotée en jacquard terminée de franges.

«J'aime toutes les femmes, ma femme est celle du monde (...) a expliqué la designer de 49 ans, qui a ouvert en juillet une boutique amirale à Paris et trouve que les Françaises sont »les plus chics de toutes«.

Vera Wang, Belle de Jour

Dans un décor de miroirs, Vera Wang a présenté une collection très forte, où le noir et la dualité dominaient comme à son habitude.

La réponse fuse immédiatement quand on lui demande son inspiration: »Belle de Jour«, ce film »où Catherine Deneuve était habillée par Yves Saint-Laurent«.

»J'ai toujours aimé les garçons manqués et les professeurs, j'ai toujours trouvé ça sexy«, a expliqué à l'AFP la designer new-yorkaise après son défilé. »Mais il y a une autre vie, une vie fantasmée, il y a une dualité (...) Et dans cette collection il y a le côté étudiant professeur, et de l'autre, il y a cette fille qui a envie de sortir de sa vie«.

Sa femme est »dangereuse, compliquée«, porte un short ultra-court noir et des mini-brassières sous un grand manteau ou une veste masculine noire sans manche, une jupe nouée transparente avec un mini-top, ou encore une jupe plissée noire très courte avec une chemise noire ultra-transparente sur une brassière blanche.

Coach tout en couleurs

Surtout connu pour ses sacs et ses articles en cuir, la maison américaine Coach a fait le pari d'une collection primesautière, toute en couleurs et en fraîcheur, pour son premier grand défilé à la Fashion Week.

Le créateur britannique Stuart Vevers a osé une collection où tout n'était que couleurs et motifs, explorant la robe sous toutes ses coutures.

»C'est le grand anniversaire des 75 ans (de la marque) et je me suis dit que le meilleur moyen de rendre cet hommage était de regarder franchement droit devant«, a-t-il expliqué à l'AFP.

Encore plus de Kardashian

Pour ceux qui ne seraient pas lassés des Kardashian, déjà omniprésentes sur les réseaux sociaux, les quatre soeurs et demi-soeurs ont profité de la Fashion Week pour sortir chacune leur application téléphone (payante 2,99 dollars par mois), destinée à »offrir une fenêtre unique et personnelle sur leur vie«.

Fenêtre «personnelle» ? Kim Kardashian, 34 ans, a déjà 35 millions d'abonnés sur Twitter et 46 millions sur Instagram, et l'émission de télé-réalité »Keeping up with the Kardashians« ouvre déjà grand la porte sur leur vie. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion