13.10.2020 à 11:37

Martigny (VS)Série TV en soutien des enquêtes contre le crime organisé

Un projet de recherche européen, coordonné par l’institut IDIAP à Martigny (VS), développe un programme pour identifier des réseaux criminels. «Les Experts» leur viennent en aide.

von
Yannick Weber
IDIAP

«Doper les enquêtes» sur des crimes à grande échelle: c’est le but poursuivi par le projet de recherche européen «Roxanne», coordonné par l’institut IDIAP, basé à Martigny (VS). Et si les personnes qui y participent viennent de 16 pays, ceux sur qui l’attention se porte, ce sont des ordinateurs.

Un programme est actuellement développé pour accélérer un travail d’enquête fastidieux, mais crucial. Grâce à l’intelligence artificielle, celui-ci pourra analyser une masse de données issues notamment de surveillance policière afin d’identifier des personnes suspectées et tisser des liens parmi leurs réseaux.

Crimes tchèques et Les Experts

Fin septembre, environ 80 participants à la recherche ont participé à un premier test grandeur nature. Pour ce faire, il fallait introduire dans le programme une quantité de données existantes. Certaines ont par exemple été fournies par la police tchèque sur des cas réels.

Mais il y avait aussi un invité plus surprenant. «Au rang de ces ressources: de nombreux appels téléphoniques entre des interlocuteurs différents, plus d’un demi-million de courriels anonymisés et de retranscriptions de discussions téléphoniques, ainsi que… des épisodes de la série américaine Les Experts», indique l’IDIAP. Vidéos, retranscriptions, le tout pour vérifier le bon fonctionnement du programme.

Exercice réussi, selon ses participants. «Cette première expérience a impliqué de nombreuses technologies, telles que la reconnaissance vocale, l’identification d’interlocuteur et de genre, la détection de mots-clés et de sujets, la reconnaissance d’entité ou l’analyse de réseau», détaille l’institut. Le but final sera de pouvoir mettre cet outil à disposition des polices.

De Martigny à l’Europe

La liste des organisations qui participent au projet montre l’intérêt large qui lui est porté. Interpol, Airbus, plusieurs universités européennes mais aussi les polices de Grèce, d’Irlande du Nord, de Croatie, de République tchèque, le Ministère de la sécurité publique d’Israël, des instituts de sciences forensiques néerlandais et lituaniens: il y a du monde. La recherche, prévue sur trois ans, est financée à hauteur de 7 millions d’euros par l’Union européenne dans le cadre de «Horizon 2020». C’est l’IDIAP à Martigny, affilié à l’EPFL, qui coordonne le tout.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
101 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jee-el

14.10.2020 à 04:36

ils vont aussi parler du CoVid ? parce qu'avec ça, on est au coeur du sujet...

Merci les chinois

13.10.2020 à 14:39

Quand le sage désigne la lune l'idiot regarde le doigt. Proverbe chinois.

Ça fait mal au cœur

13.10.2020 à 14:36

On est riche en Suisse mais ce qu'on ne sait pas vivre bordel....