Actualisé 10.07.2013 à 07:08

GenèveSéropositif «trahi» par un médecin: la justice sévit

La commission du secret professionnel avait autorisé un docteur à révéler la maladie d'un patient à sa femme. A tort. L'homme perçoit 1000 francs d'indemnité.

de
jef
Image d'illustration.

Image d'illustration.

En août 2012, un pédiatre pratique un test sanguin sur un papa, qui souffre de fatigue et de démangeaisons. Verdict: l'homme est porteur du VIH. Le praticien souhaite en informer son épouse. Le malade, en instance de divorce, refuse. Le médecin saisit alors la commission du secret professionnel, qui l'autorise à révéler la séropositivité du patient. Ce qu'il fait, raconte la «Tribune de Genève». Saisie, la justice tance cette dernière instance: elle aurait dû entendre le père, ce qu'elle a omis de faire. Sa décision est donc contraire au droit. Le lésé se voit octroyer 1000 francs en guise de réparation.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!