Serpents disparus: le proprio devant la justice
Actualisé

Serpents disparus: le proprio devant la justice

L'enquête sur le propriétaire de serpents venimeux, dont certains spécimens auraient disparu en juin dernier à La Neuveville, est close. Ce Suisse de 31 ans devra rendre des comptes à la justice.

Trois personnes domiciliées dans le canton de Vaud ont également été dénoncées pour lui avoir vendu des reptiles sans autre vérification, a annoncé mardi la police cantonale bernoise.

L'homme, qui habitait au centre-ville, se trouve toujours dans la clinique spécialisée où il a été placé cet été. L'enquête a révélé que depuis décembre 2004, il avait possédé 22 espèces de reptiles, toutes venimeuses et mortelles, espèces qu'il avait acquises grâce à une seule autorisation pour la détention d'un serpent à sonnette.

Dans la journée du 15 juin dernier, la police était intervenue dans son appartement après avoir été alertée par des voisins incommodés par des odeurs désagréables. Six serpents venimeux, soit deux crotales diamantin de l'ouest, deux crotales chat de Californie et deux mocassins à tête cuivrée se trouvaient dans le logement. Ils avaient été recueillis par des spécialistes.

Probablement morts

Les investigations menées par la suite avaient laissé supposer que d'autres reptiles, tout aussi venimeux, manquaient à l'appel. Dans le doute, doute également attisé par les déclarations confuses du propriétaire, les autorités avaient appelé la population à la prudence. L'affaire avait tenu les habitants de La Neuveville en haleine durant une partie de l'été.

Des spécialistes du vivarium de La Chaux-de-Fonds ont tenté en vain de retrouver les serpents durant les beaux jours. A l'heure actuelle, ces spécialistes partent du principe que, s'ils étaient en liberté, les reptiles n'ont pas survécu aux conditions climatiques de la fin de l'été ou que, selon certaines des déclarations de leur propriétaire, ils étaient effectivement mort avant la découverte par la police des derniers spécimens encore vivants.

Le détenteur des sperpents devra répondre de diverses infractions à la loi ou à l'ordonnance sur la protection des animaux. Les trois personnes domiciliées dans le canton de Vaud ont également été dénoncées. On leur reproche de lui avoir vendu des reptiles sans effectuer les vérifications et prendre les mesures d'usage lors de telles transactions. (ap)

Ton opinion