Football: Servette arrache le nul à la 93e!
Publié

FootballServette arrache le nul à la 93e!

Après avoir raté un penalty (le troisième en quatre matches) à la 87e, les Grenat égalisent à Lugano dans les arrêts de jeu. Mais que ce fut compliqué.

par
Daniel Visentini, Lugano
Stevanovic (au 2e plan) et Servette ont tout tenté.

Stevanovic (au 2e plan) et Servette ont tout tenté.

Eric-Lafargue

Tout se crispe autour de ce Servette qui fait du surplace. Face à un Lugano qui a ouvert le score sur sa première occasion, les Grenat ont dominé, comme d’habitude. Stérilement, comme d’habitude. En ratant un penalty, comme d’habitude. Cela fait trois fois de suite que les Servettiens ratent un penalty (Schalk cette fois, Kyei les deux fois précédentes). Le degré zéro de l’efficacité. Mais voilà, il y a eu ce moment de grâce à la dernière seconde. Schalk s’est racheté en trouvant la faille à la 93e minute, reprenant un tir raté de Valls. Pas immérité, même si la difficulté à marquer est toujours si présente pour Servette.

C’est curieux, le foot. Le temps fort de Servette poussait Lugano à la faute et pour tout dire, faute il y a eu. En deux minutes, deux fois avec Lavanchy impliqué. La première fois sur un corner, avec une tête plongeante défensive à hauteur de pelouse, mais un geste mal ajusté: il semblait avoir touché la balle du bras en premier (9e). La VAR? Dans la banlieue de Zurich, on a estimé qu’il n’y avait pas besoin d’alerter M. Fähndrich pour évaluer la situation, dans un sens ou dans l’autre, peu importe. La VAR peut se tromper. Dans la grande majorité des cas, elle aide à prendre la bonne décision. Mais quand on décide de ne pas s’en servir, elle ne sert à rien. C’est soit stupide, soit de l’incompétence. Passons.

Pas le temps pour Servette de s’énerver. Quelques secondes plus tard (10e), le même Lavanchy y allait d’une intervention de full contact sur le pauvre Valls. Carton jaune pour le coup, M. Fähndrich aurait sorti le rouge directement que personne n’aurait crié au scandale.

Une forme de fatalité

Servette dominait, bousculait ce solide Lugano, commençait à se dire que le retour au bon vieux 4-2-3-1 portait ses fruits et que ceux-ci allaient tomber. C’est le contraire qui s’est produit, avec une forme de fatalité qui colle aux basques genevoises.

Sur sa première action construite, Lugano allait ouvrir le score. Une belle action, avec Bottani qui prend l’intervalle après un travail de Lavanchy. La passe de Bottani pour Sabbatini était lumineuse, autant que le décalage de ce dernier pour Abubakar. Oui, cet Abubakar que Servette pistait pour renforcer son attaque, mais qui a donc filé au Tessin.

Après 18 minutes, les Grenat ruminaient leur destinée tragique, cette domination stérile, cet incapacité à faire vraiment mal, cette fébrilité défensive quand l’adversaire met la pression et cette propension qui en découle: craquer, concéder le but. Le but illustrait cette forme de nervosité défensive. Le corner de la 27e, avec un Mendy titulaire sur la gauche qui avait la balle du 1-1 au bout du soulier, mais qui ratait la cage presque vide, racontait l’imprécision du dernier geste.

En plus du retour au 4-2-3-1, Alain Geiger avait fait tourner son effectif. Rouille et Kyei étaient sur le banc. Une chance à saisir pour Kone. On n’aura vu vraiment l’Ivoirien qu’une fois. Un tir au premier poteau, qui frôlait le petit filet. De son côté, Imeri, en No 10, s’est démené comme il a pu. Geiger a lancé Kyei, Schalk et même Rouiller en attaquant. Finalement, cette débauche d’énergie souvent désordonnée a payé dans les arrêts de jeu. Gros ouf de soulagement, même si les problèmes demeurent.

Lugano - Servette 1-1 (1-0)

Cornaredo, huis clos. Arbitre: L. Fähndrich.

Buts: 18e Abubakar 1-0; 93e Schalk 1-1.

Lugano: Baumann; Kecskes, Oss, Daprelà (78e Facchinetti); Custodio (78e Macek); Lavanchy, Lovric (69e Covilo), Sabbatini, Guerrero; Bottani (78e Gerndt), Abubakar (85e Ardaiz).

Servette: Frick; Sauthier (67e Schalk), Vouilloz, Sasso, Clichy; Valls, Cognat; Stevanovic, Imeri (83e Rouiller), Mendy; Kone (67e Kyei).

Avertissements: 9e Lavanchy (jeu dangereux), 22e Oss (jeu dur), 45e Stevanovic (jeu dur), 60e Cognat (jeu dur), 80e Sabbatini (antijeu), 86e Macek (jeu dur).

Ton opinion