Football - Servette est la bête noire d’YB!
Actualisé

FootballServette est la bête noire d’YB!

Les Grenat s’imposent 2-1 avec la manière. Les Genevois sont les seuls à savoir comment battre le champion bernois cette saison.

par
Daniel Visentini
(Genève)
Hefti (à g.) à la lutte avec le Servettien Schalk. 

Hefti (à g.) à la lutte avec le Servettien Schalk.

Eric Lafargue

Battre Young Boys, c’est chose impossible pour tout le monde cette saison. Sauf pour Servette. Déjà vainqueur à Berne le 13 décembre, seule défaite bernoise de l’exercice avant ce dimanche, les Grenat ont remis ça et avec la manière. Domination, jeu inspiré, occasions nettes.

C’est simple: avec un peu plus de réussite, ou de précision à la finition, Servette aurait pu infliger une lourde défaite au champion. Cela dit la performance. Cela a commencé d’emblée. Le temps fort est d’abord servettien et il s’étalera sur les vingt premières minutes. Ce Young Boys déjà champion alignait pourtant ce qui ressemblait à sa meilleure formation ou presque, mais il était dans ses petits souliers.

YB bloqué

Débordés par l’activité servettienne, les Bernois ont eu de la chance. Sur cette balle de Clichy pour Cognat, qui manquait le geste final face à Faivre; sur ces tirs trop mous de Schalk, de Valls ou sur cette reprise étouffée de Rouiller; sur ce centre de Stevanovic qui ne trouvait pas Kyei; sur cette volée de Sauthier. Bref, Servette aurait dû mener au score en rentrant au vestiaire.

Et pas qu’un peu. Le manque de précision à la finition aura accompagné les Grenat durant toute la saison, c’est presque sans surprise qu’il aura été au rendez-vous pour ce match contre YB. YB justement? Bloqué dans ses intentions, interdit dans ses ambitions de débordement et de centres.

Un Servette entreprenant

Le 4-3-3 de Servette se repliait en 4-1-4-1 sans le ballon et coupait les ailes bernoises. Il y aura eu une grosse frayeur, sur corner: cette tête de Martins qui finissait au fond de la cage de Frick, en deux temps. Mais le deuxième temps était accompagné d’un bras: réussite annulée par la VAR. Efficace, l’outil.

Ragaillardi par sa victoire à Lugano, histoire d’effacer les deux lourdes défaites contre Bâle et Sion, Servette était donc très entreprenant. Et inspiré. À cela, une raison: le retour de Gaël Clichy. Sur le terrain, c’est lui qu’on entend, c’est lui qui donne les impulsions, c’est lui qui replace tout le monde. C’est aussi lui qui lance les actions. Il est sans doute latéral gauche sur le papier, dans les faits, il est bien plus que cela et son influence sur le jeu est impressionnante.

Clichy en évidence

Sur ce qui aurait dû être l’ouverture du score, c’est lui qui accélère plein axe en rupture, après un corner bernois. Rapidité malgré ses 35 ans, technique irréprochable, sens du timing: sa passe parfaite, dans la course de Cognat, était un bijou que le milieu de terrain aurait dû faire briller.

Clichy casse les lignes adverses aussi, avec des passes intelligentes, dosées, tactiques. Un régal. De quoi inspirer le jeu servettien. L’homme est essentiel.

Changements réussis

Guidé par Clichy, Servette a donc souvent pris le dessus sur YB. Dans le jeu, dans les mouvements, dans les intentions. Au mérite, les Genevois auraient dû mener au score. Mais le mérite se gagne dans le dernier geste.

C’est au moment même où les Grenat cherchaient un second souffle, au milieu de cette deuxième période qui voyait YB retrouver des couleurs, que Servette a enfin trouvé la faille. Deux changements qui ont fait mouche: c’est Imeri, sur un superbe centre, qui trouvait Fofana au deuxième poteau.

Puis c’est Kone, servi par Stevanovic, qui brisait la malédiction en inscrivant son premier but de la saison. YB réduisait bien la marque à la 90e, avec Ngamaleu. Mais c’est Servette qui aurait pu avoir le dernier mot si Valls n’avait pas manqué son penalty (faute sur Diallo) à la 92e. Pas grave. Les Servettiens peuvent maintenant se concentrer sur la demi-finale de Coupe contre Saint-Gall, mercredi soir. Ils ont fait le plein de confiance contre Young Boys.

Surtout, ils réalisent une excellente opération comptable. En plus de revenir à égalité de points avec le FC Bâle, 2e, ils creusent l’écart avec Lugano puisque les Tessinois se sont lourdement inclinés à Zurich (0-3). Marchesano a signé un doublé sur penalty (37e, 54e), puis Kramer a scellé le sort de la rencontre (58e). Battu à domicile par Servette le week-end dernier (0-1), Lugano enchaîne donc une deuxième défaite consécutive et se retrouve relégué à quatre points des Genevois.

Servette – Young Boys 2-1 (0-0)

Stade de Genève, 100 spectateurs.

Arbitre: A. Bieri.

Buts: 76e Fofana 1-0, 82e Kone 2-0, 90e Ngalameu.

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Severin, Clichy (74e Mendy); Ondoua; Stevanovic, Cognat (68e Imeri, 88e Diallo), Valls, Schalk (68e Fofana); Kyei (74e Kone).

YB: Faivre; Hefti, Camara, Zesiger, Lefort (76e Garcia); Fassnacht (76e Spielmann), Aebischer, Martins (66e Sierro), Sulejmani (66e Ngamaleu); Nsame, Siebatcheu (66e Mambimbi).

Avertissements: 33e Cognat (jeu dangereux), 35e Schalk (jeu dur).

Ton opinion

18 commentaires