Publié

FootballServette et Sion n’ont pas réussi à se départager

Pas de vainqueur dans le derby du Rhône. Les Genevois ont profité de l’expulsion de Ndoye pour recoller au score (1-1). La fin a été épique.

par
Nicolas Jacquier
Le derby du Rhône n’a pas trouvé de vainqueur. 

Le derby du Rhône n’a pas trouvé de vainqueur.

KEYSTONE

Aussi curieux que cela puisse paraître, Servette affrontait avec Sion une équipe qu’il n’était encore jamais parvenu à battre depuis son retour dans l’élite voici 18 mois, le bilan intermédiaire mentionnant 3 nuls et 2 défaites au coup d’envoi. Un FC Sion qui, de son côté, n’avait pas oublié le 3 août passé, un soir de liesse puisque coïncidant avec son maitien en Super League, obtenu à la faveur de son succès fêté à la Praille contre ces mêmes Grenats lors de l’ultime journée (2-1, buts valaisans signés Kasami et Uldrikis).

À l’occasion de ses retrouvailles avec une formation que les Valaisans avaient à nouveau dominée en novembre, Fabio Grosso ne devait apporter que peu de changements par rapport au onze de départ qui s’était incliné contre Lucerne le week-end passé, remodelant sa défense avec les retours combinés de Ndoye et Iapichino, tout en offrant sa première titularisation au Japonais Wakatsuki.

Servette sans Stevanovic ni Imeri

L’Italien choisissait par contre de relancer Fayulu, préféré à Fickentscher entre les poteaux. Pour sa part, Alain Geiger s’en remettait à une formation somme toute assez classique hormis l’absence de Stevanovic, ressentant toujours une gêne à la cuisse, et avec lequel Servette n’a voulu prendre aucun risque. Autre forfait sur blessure, celui d’Imeri.

Alors que l’on attendait une confirmation des héros du Wankdorf, c’est Sion qui devait prendre le meilleur départ, concrétisé par un but tombé à la suite d’un coup-franc accordé pour une faute de Cespedes sur Araz à 25 m. On a alors vu Grgic s’emparer du ballon, se concentrer longuement et adresser une lumineuse frappe enroulée qui allait dépoussiérer la lucarne droite de Frick. Le très inconstant No14 a rarement fait tout juste depuis trop longtemps mais sur ce coup-là, le milieu de terrain a réussi à faire taire ses détracteurs.

Et Servette? Gêné par des Valaisans qui n’ont rien lâché, le club grenat allait éprouver les pires difficultés à inquiéter Fayulu. Au maigre bilan d’une première mi-temps dominée par Sion, un seul tir servettien, trop facilement capté (30e Fofana). En regard de la pauvreté de son jeu, ce Servette décevant s’en sortait plutôt bien à la pause et pouvait même remercier son gardien, détournant une tête d’Uldrikis ayant le poids du 0-2 (42e).

Autre moment chaud de cette période initiale: l’intervention musclée de Theler sur Clichy valant au jeune Valaisan un carton jaune très foncé (45e). M. Jaccottet aurait-il sorti une autre couleur que personne n’aurait vraiment pu crier au scandale.

Parce que son capitaine, régulièrement transpercé, n’était pas à son avantage, Geiger se résolut alors à sortir Sauthier, de même que Cespedes pour passer en 3-4-1-2 au retour des vestiaires. On attendait un réveil servettien, ce fut plutôt la suite de la domination valaisanne.

Ndoye voit rouge

A la Praille, l’association du géant Uldrikis (1m98) et du poids plume Wakatsuki (1m70) a longtemps offert des solutions intéressantes. On vit même le second nommé ajuster le poteau (57e).Sans le savoir, une sorte de tournant du match car une poignée de seconde plus tard, Ndoye n’avait d’autre recours que de ceinturer Kyei qui s’en allait seul affronter Fayulu. Justement expulsé sur cette action, le défenseur aurait-il dû plutôt prendre le risque de laisser partir le No 25 servettien? Ca se discute.

En supériorité numérique, Servette pouvait enfin reprendre des couleurs. Après un monstrueux sauvetage de Fayulu (70e, sur une reprise à bout portant de Kyei), Fofana exploitait un centre-tir de Schalk dévié par Bamert pour signer une égalisation que l’on pressentait. Logiquement, la fin de partie allait exclusivement appartenir à un Servette en partie retrouvé.

Il y eut plusieurs situations épiques dans les seize mètres valaisans, à l’image de cette immense occasion pour Schalk dans les arrêts de jeu (93e). On devait en rester là. Pénalisé par une première partie de match bien laborieuse, Servette ne méritait probablement pas de l’emporter. Et Sion, au vu de son engagement, de repartir bredouille...

Servette - Sion 1-1 (0-1)

Stade de Genève, huis clos.

Arbitre: M. Jaccottet.

Buts: 15e Grgic 0-1, 71e Fofana 1-1.

Servette: Frick; Sauthier (46e Diallo), Rouiller, Severin, Clichy; Cognat (Ondoua), Cespedes (46e Mendy), Valls (87e Alves); Schalk, Kyei, Fofana (72e Antunes). Entraîneur: A. Geiger.

Sion: Fayulu; Theler (60e Tosetti), Ndoye, Bamert, Abdellaoui, Iapichino; Araz, Serey Die, Grgic (85e Doldur); Uldrikis (85e Karlen), Wakatsuki (67e Zock). Entraîneur: F. Grosso.Notes: Servette sans Sasso, Imeri, Kone (blessés), Stevanovic (convalescent). Sion sans Andersson, Kabashi, Ruiz, Clemenza, Patrick, Hoarau (blessés), Martic, Itaitinga, Khasa, Fortune (non convoqués).

Expulsion: 60e Ndoye (faute de dernier recours)Avertissements: 10e Cespedes (suspendu à Zurich), 29e Uldrikis, 37e Rouiller, 41e Severin, 45e Theler, 94e Alves.

Ton opinion

18 commentaires