Football: Servette ne laisse pas à Nyon la possibilité d’y croire

Publié

FootballServette ne laisse pas à Nyon la possibilité d’y croire

Sans surprise, les Grenat font la différence en première période déjà et se qualifient pour les 16es de finale, de la Coupe de Suisse.

par
Daniel Visentini
(Nyon)
Joie Alexis Antunes (au centre) a ouvert le score pour Servette.

Joie Alexis Antunes (au centre) a ouvert le score pour Servette.

BASTIEN GALLAY / LPS

La question n’était pas de savoir qui était supérieur à qui. Entre le Stade Nyonnais et Servette, il y a deux ligues d’écart et cela s’est logiquement vu dès le début. Non, tout tenait surtout dans ce doute qui devait planer, ce sentiment curieux que la Coupe entretient parfois, quand le “petit” sait retenir son souffle dans la douleur pendant que le “grand” perd le sien dans la pesanteur, sans savoir assumer son rang. Rien de cela à Colovray, les Grenat ont assuré la qualification pour les 16es de finale sans trembler.

Le troisième but qui fait mal

Les Nyonnais n’ont pas à en rougir. Copieusement dominés en première période par le 4-2-3-1 des Genevois, les Vaudois avaient déjà courbé l’échine à deux reprises. Avec le troisième but servettien dès la 54e minute, la cause était entendue. Ce Servette qui n’a inscrit que trois buts en cinq matches de championnat jusque-là, qui cherche activement un finisseur, devait finalement profiter des hésitations adverses pour s’offrir quatre réussites au total (Antunes, Rodelin, Stevanovic et Pflücke).

Efficacité servettienne

Avec un peu plus de justesse dans le dernier geste (Bunjaku, Gomis), les Vaudois auraient inscrit un but avant la 87e minute (Gomis). Ils ont eu leurs chances après le 0-3 de Stevanovic, quand Servette avait relâché un peu sa vigilance. Cette élimination ne doit pas remettre en cause le très bon début de saison des Nyonnais. En creux, si cette qualification s’est facilement dessinée pour Servette, les Genevois ne peuvent se gargariser d’une efficacité retrouvée. On notera la belle entrée de Magnin pour Diallo, celle de Monteiro aussi, ou de Lélé Diba, ainsi que la prestation d’Omeragic dans la cage, qui n’y pouvait rien sur le but nyonnais.

Confiance retrouvée?

Pas de surprise donc à Colovray, le grand a battu le petit. Servette peut se concentrer à nouveau sur la Super League, avec la venue de Grasshopper samedi prochain à la Praille. Pour l’instant, les Grenat ont fait le plein à domicile en deux rencontres, mais avec beaucoup de réussite (un but venue d’ailleurs contre Saint-Gall, un penalty contre Winterthour). On ne sait pas encore si la Coupe aura redonné confiance à l’attaque genevoise. Mais un buteur est toujours nécessaire et attendu. 

Stade Nyonnais – Servette 1-4 (0-2)

Ton opinion

1 commentaire