Football - Servette s’est accroché pour arracher un point
Publié

FootballServette s’est accroché pour arracher un point

Les Grenat ont dû attendre la 85e pour trouver la faille contre Lugano dimanche. Encore une fois grâce à un bijou de Miroslav Stevanovic. Score final 1-1.

par
Florian Vaney
(Genève)
Clichy et les Servettiens ont finalement réussi à marquer contre Lugano.

Clichy et les Servettiens ont finalement réussi à marquer contre Lugano.

Eric Lafargue

On peut imaginer les discours d’avant-match d’Alain Geiger. On peut se représenter le coach servettien avertissant toujours et encore ses protégés du danger de laisser Lugano prendre l’avantage. Ces Tessinois si difficiles à jouer, encore plus délicats à bouger lorsqu’ils mènent au score. Alors Servette a failli s’en vouloir très fort. Vingt secondes de jeu, des Genevois qui s’oublient, Mattia Bottani qui arme une frappe tandis que Jérémy Frick est toujours en train de se replacer. À quelques centimètres près, les Grenat auraient pu tout perdre à peine entrés sur le terrain.

Avant ça, on avait pu observer un Servette désireux de trouver des solutions dans les trente derniers mètres. C’était l’échauffement, et Timothé Cognat et ses camarades additionnaient les séquences d’enchaînement de passes et de transversales sans opposition. Le problème, c’est qu’une fois que des adversaires se sont dressés face à eux, la mécanique s’est retrouvée nettement moins huilée. On ne trimballe pas Lugano comme deux défenseurs prétextes.

Si bien que les occasions sont devenues une denrée rare dimanche à la Praille. Lugano s’est appuyé sur un Mattia Bottani en vue mais pas forcément dans son meilleur jour. Et Servette s’est délecté des centres de Gaël Clichy, à défaut de trouver des solutions par le centre. Un coup de tête mal cadré de Grejohn Kyei et un coup franc de Stevanovic à côté: voilà pour les chances des Grenat en première mi-temps.

Le réflexe de Noam Baumann

Du coup, le sujet qui pendait aux lèvres du côté de Genève, c’était plutôt le départ à Dijon du chef du recrutement du club, Gérard Bonneau, qui deviendra officiel d’ici quelques heures. Sur le terrain, la seconde mi-temps offrait néanmoins un nouveau visage à ce match.

D’abord lorsque Noam Baumann réalisait l’arrêt photo de la rencontre. Un réflexe prodigieux sur une tête de Miroslav Stevanovic qui changeait le cours du match (62e). Parce qu’ensuite, c’est Olivier Custodio qui forçait la décision. Le Vaudois de Lugano prenait sa chance à vingt mètres et laissait Jérémy Frick de marbre (66e). Et lorsque les Tessinois prennent l’avantage au score…

La troupe d’Alain Geiger a continué à se casser les dents sur la muraille de Maurizio Jacobacci. Le technicien du Cornaredo avait pourtant fait une exception à son système à cinq défenseurs. Cela n’a rien changé à la solidité des Luganais… jusqu’à cette géniale inspiration de Miroslav Stevanovic. Le Bosnien héritait assez heureusement d’un ballon dévié par une tête adverse. La suite: un contrôle de la poitrine (qui se transformait en coup du sombrero sur Mickaël Facchinetti) - frappe du gauche enchaînée. Cette fois, Baumann était battu (87e).

Si Servette ne sait toujours pas battre Lugano, il ne méritait pas de perdre. Son point glané de justesse le maintient à la 2e place.

Servette - Lugano 1-1 (0-0)

La Praille, huis clos. Arbitre: Fedayi San.

Buts: 66e Custodio 0-1; 85e Stevanovic 1-1.

Servette: Frick; Sauthier (82e Alves), Rouiller, Sasso, Clichy; Valls (87e Cespedes), Cognat, Ondoua (71e Mendy); Stevanovic, Kyei, Schalk (71e Kone). Entraîneur: Alain Geiger.

Lugano; Baumann; Lavanchy, Maric (79e Macek), Ziegler, Guerrero (53e Facchinetti); Custodio, Sabbatini, Bottani, Lovric; Abubakar (79e Gerndt), Ardaiz (64e Lungoyi). Entraîneur: Maurizio Jacobacci.

Avertissement: Custodio (42e, jeu dur).

Ton opinion