Actualisé 08.05.2012 à 11:32

GenèveServette sur le point d'être sauvé

Le patron grenat, Hugh Quennec, aurait réussi à réunir plus de trois millions de francs pour éviter la faillite du club. Verdict jeudi.

Le président grenat, Hugh Quennec.

Le président grenat, Hugh Quennec.

Le président du club genevois présentera jeudi à la juge Fabienne Geisinger un dossier devant permettre au SFC d'obtenir la sortie du surendettement et, ainsi, éloigner le danger d'un dépôt de bilan définitif.

«Tout sera toutefois conditionné par la décision de la juge», précise Shahïn Ammane, le porte-parole de Servette. «Le montant trouvé par le club sera versé dès que le surendettement sera effacé.» L'argent a en effet été obtenu sous la forme de prêts postpostés, c'est-à-dire ne figurant pas au passif de la SA et ne nécessitant remboursement que si tous les créanciers sont payés et que le club fait un bénéfice.

Décision en début de semaine

Servette affichait une dette de 3,6 millions de francs au 30 avril, somme que le président Quennec dit avoir trouvée. «Nous avons même obtenu un peu plus», confie M. Ammane. Le nom des investisseurs n'est pas précisé mais il s'agit de gens provenant de «la place financière genevoise», détaille M. Quennec dans la «Tribune de Genève».

Cette annonce signifie que Servette peut boucler sa saison, en dépit des quelque 8 mio de francs de trou qu'avait laissés derrière lui l'ancien propriétaire du club Majid Pishyar. Les représentants servettiens rencontreront jeudi la juge Geisinger, en charge du dossier. «Aucune décision ne sera toutefois prise ce jour-là», explique le porte-parole du pouvoir judiciaire Vincent Derouand. La magistrate recevra avant cette rencontre le rapport des curateurs puis «prendra connaissance et vérifiera les documents fournis par Servette», poursuit M. Derouand en ajoutant que la décision est attendue «en début de semaine prochaine».

Un budget avoisinant les 9 mio

Ce possible sauvetage de la faillite n'implique toutefois pas encore que l'avenir sportif du SFC est assuré. Débouté comme prévu par la première instance de la commission des licences de la Swiss Football League, le club saura le 25 mai s'il est encore autorisé à évoluer en 1re division la saison prochaine.

Dans sa demande à la SFL, Servette a dû articuler un budget pour l'exercice 2012/13. «La Tribune de Genève» parle de 9 mio de francs. «Je ne connais pas le chiffre, mais ce que vous avez lu est sans doute assez proche de la réalité», déclare Shahïn Ammane. La constitution du budget servettien repose sur les prévisions de vente de billets, du merchandising, d'autres campagnes de soutien qui seront menées, de l'apport de sponsors et du concours de ces mêmes donateurs qui se sont pour l'heure manifestés pour sauver le club d'un deuxième naufrage après celui de 2005.

Et le SFC d'espérer que cette bonne nouvelle va inciter d'autres membres de la place financière genevoise, après plusieurs contacts informels encourageants, à s'investir concrètement auprès du club. «Nous ne voulons pas que Servette soit aux mains d'un seul mais que ce soit toute la communauté qui soit derrière lui», conclut M. Ammane. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!