Nyon (VD): Ses faux billets du Paléo lui valent la prison
Actualisé

Nyon (VD)Ses faux billets du Paléo lui valent la prison

Des festivaliers se sont fait arnaquer par un groupe de rabatteurs. Le chef a été coincé grâce à la ténacité de deux lésés.

par
Christian Humbert

Acheter des billets d'entrée à prix majoré à des rabatteurs devant l'entrée du Paléo, se les faire retoquer car ce sont de simples photocopies et rester hors jeu, sans concert et le porte-monnaie léger: c'est la triste expérience vécue l'été dernier par une septantaine de personnes au moins.

Un Franco-Algérien et ses complices ont exploité la crédulité de certains festivaliers les 24 et 26 juillet, voire à d'autres dates encore. Posté aux alentours du festival, K., 42 ans, venu spécialement de France pour cela, proposait des tickets au prix moyen de 90 francs. Et le business marche, malgré les recommandations des organisateurs. Mais, si la majorité des personnes escroquées s'est bornée à déplorer l'entourloupe sans en avertir la police, deux lésés se sont montrés tenaces. Refoulés à l'entrée, ils ont cherché le vendeur. Ils l'ont retrouvé et signalé. L'homme a été arrêté avec 1500 fr. sur lui. Ses complices, eux, s'étaient envolés dans la nature.

Avertie, la direction du Paléo a aussi déposé plainte. Et comme K. n'était pas inconnu de la justice suisse, qui l'avait condamné en septembre 2014, le procureur a séquestré son argent et a placé le quadra deux jours en détention préventive. Et il l'a condamné en février dernier à une peine ferme de 90 jours-amende à 30 fr., soit 2700 fr. au total. Reconnu coupable d'escroquerie et de faux dans les titres, K. devra aussi payer 967 fr. de frais.

Stratégies contre le marché noir

Tout en regrettant le préjudice subi par les festivaliers grugés et l'atteinte à son image, le Paléo espère que cette condamnation va décourager l'achat de billets hors des circuits officiels. Sa porte-parole, Michèle Müller, en profite pour rappeler l'existence d'une bourse aux billets depuis quelques années. Les tickets y sont rachetés et revendus au prix coûtant par l'organisateur. Autre stratégie pour tuer le marché noir: la vente quotidienne, à 9 h, de 1500 entrées durant le festival.

Faussaire alémanique condamné

Le Heitere Open Air, à Zofingue (AG), a aussi inspiré un petit malin. L'an dernier, ce Suisse de 33 ans avait reproduit au moins 204 billets, qu'il avait vendus à 150 personnes. Il s'était fait un joli bénéfice de 30'000 fr. Le trentenaire, pris de remords, s'était annoncé à la justice lucernoise et a remboursé ses victimes. Malgré tout, le faussaire a écopé de 120 jours-amende à 80 fr. et de 2000 fr. d'amende, a détaillé hier le Ministère public du canton.

Ton opinion