Mouvement Citoyens vaudois: Ses liaisons dangereuses stoppent le parti populiste

Actualisé

Mouvement Citoyens vaudoisSes liaisons dangereuses stoppent le parti populiste

A la suite de révélations sur le passé sulfureux de ses membres, le lancement du Mouvement Citoyens romand est remis à plus tard.

par
Winnie Covo

La constitution officielle du Mouvement Citoyens vaudois a été ajournée à la dernière minute. «Pour cause de réorganisation interne des hautes fonctions dirigeantes du MCVD», explique Eric Stauffer, président et fondateur du Mouvement Citoyens Genevois et de son grand frère romand. Et d'ajouter: «Tout le monde n'est pas forcément préparé pour subir une pression médiatique.» En clair: J. N., président du MCVD, a craqué.

Alors que l'annonce de l'officialisation du mouvement dans le canton de Vaud était attendue mardi soir, son président a été mis en cause dimanche par la TSR. Il a appartenu au mouvement «Unité Populaire», qui jongle entre extrême gauche et extrême droite. David L'épée, fondateur du groupuscule et président du Mouvement Citoyens neuchâtelois, soutient qu'il s'agissait à l'origine d'«un club de réflexion indépendant, politisé mais non politicien». La TSR a pourtant trouvé des propos homophobes et antisémites pêchés sur le site web de la mouvance. David L'épée et J. N. ont quitté Unité Populaire la semaine dernière. Ce dernier n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Mis en cause pour ses relations sulfureuses, Eric Stauffer se défend: «Nous n'avons aucune affiliation avec l'Unité Populaire. Je ne m'intéresse pas à ce que ces messieurs étaient dans le passé mais à ce qu'ils sont dans le présent.»

Aucune date pour l'officialisation du mouvement n'est à l'ordre du jour.

Plainte déposée contre la TSR

Suite à la diffusion de l’émission «Mise au point» du 7 mars, Jonathan Newton et David L’épée ont décidé de porter plainte contre la TSR, criant à la calomnie. Le reportage présentait entre autres les affiliations d’Unité Popu­laire avec des personnages tels que Dieudonné ou encore Alain Soral, ancien communiste, affilié désormais au Front National français. «Ces amitiés, je n’en rougis pas. Je ne pense pas m’être compromis», souligne David L’épée.

Ton opinion