Actualisé 11.08.2017 à 16:47

Morges (VD)Ses papiers disparaissent lors d'un contrôle de police

Pendant une fête en plein-air, un jeune a tendu sa carte à un agent qui vérifiait l'identité des participants. Il ne l'a jamais revue.

von
Jacqueline Favez

Un simple contrôle de police lors d'une fête d'anniversaire en plein-air a viré au casse-tête pour Alex*, 18 ans. Car, depuis qu'il a donné sa carte d'identité à l'agent qui la lui demandait, il ne l'a plus revue.

Ils étaient une vingtaine, dans la nuit du 4 au 5 août, réunis dans le parc du Vertou, à Morges (VD). Alex ne connaissait de loin pas tout le monde, la fête ayant réuni des copains de copains de copains... Peu après 1h, une patrouille de la Police Région Morges a entrepris de vérifier l'identité de tout ce petit monde. Comme les autres, Alex a tendu sa carte à un agent, qui s'est mis en retrait pour procéder à des vérifications. Mais lorsque le jeune homme a voulu récupérer son bien, il n'était plus dans les mains du policier. Lequel lui aurait dit de voir auprès des autres si l'un d'entre eux ne l'avait pas prise par erreur.

«Comme si c'étaient des cartes Pokémon»

Déclaration de perte, demande de nouveaux papiers... outre les formalités fastidieuses et les frais, le jeune homme en veut au policier. «Je vous ai fait confiance, je vous obéis en vous donnant ma carte et vous, vous redistribuez tout ça comme si c'étaient des cartes Pokémon», aurait dit Alex à son interlocuteur.

Joint au téléphone le lundi suivant par le père du jeune homme, l'agent aurait d'abord dit avoir aidé Alex à chercher sa carte d'identité, avant d'affirmer qu'il la lui avait rendue. Et, par le biais du capitaine Clément Leu, de la Police Région Morges, contacté vendredi par nos soins, l'agent dit qu'il «se souvient très bien avoir rendu la carte» à Alex ce soir-là. «Nous n'avons aucune raison de conserver les papiers d'identité de qui que ce soit», poursuit l'officier.

Ulcéré par la tournure prise par les événements, Alex a décidé d'aller plus loin. «Une plainte a été déposée auprès du Ministère public d'arrondissement de La Côte», indique le père du jeune homme, qui veut que l'agent reconnaisse l'erreur qu'il a commise et que les frais occasionnés soient remboursés. Il songe également à demander des dommages-intérêts.

*prénom d'emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!