Baseball: Ses tweets racistes vont le priver de la fin de saison
Publié

BaseballSes tweets racistes vont le priver de la fin de saison

Un joueur a réagi vertement aux manifestations faisant suite à la mort d'un Noir, tué par un policier. Son club n'a pas aimé.

Steve Clevenger ne jouera plus de la saison.

Steve Clevenger ne jouera plus de la saison.

photo: Reuters/Archives

L'équipe des Seattle Mariners, qui évolue en Ligue majeure américaine de baseball (MLB), a suspendu vendredi jusqu'à la fin de la saison Steve Clevenger.

Le joueur de 30 ans avait publié des tweets à caractère raciste, en réaction aux manifestations dans la ville de Charlotte, après l'homicide d'un Noir par un policier. «Dès que nous avons pris connaissance des tweets écrits jeudi par Steve, nous avons étudié toutes les sanctions que nous pouvions prendre», a expliqué l'équipe. «Nous lui avons annoncé vendredi matin que nous avons décidé de le suspendre jusqu'à la fin de la saison», a-t-elle indiqué.

«S'il est libre de s'exprimer, ces tweets ne correspondent en aucun cas aux valeurs défendues par les Seattle Mariners», a ajouté la franchise, qui ne participera pas aux play-off de la MLB et dont la saison prendra fin début octobre.

Jeudi, Clevenger avait critiqué avec virulence les manifestations, qui ont dégénéré, à Charlotte dénonçant l'homicide de Keith Lamont, victime d'une bavure policière. «Les Noirs qui frappent des Blancs alors qu'un voyou a été tué une arme à la main par un policier noir», avait écrit le joueur. «BLM (ndlr: Black Lives Matter, le nom du mouvement) est encore une fois pathétique! Obama, tu es encore une fois pathétique! Tous ceux impliqués devraient être mis dans des cages comme des animaux», avait ajouté Clevenger, qui avait effacé rapidement ces deux tweets et présenté ses excuses. Il a disputé 22 matches cette saison sous le maillot des Mariners. (nxp/ats)

Un footballeur aussi

En Angleterre, c'est pour des tweets homophobes qu'un joueur de football a pris quatre matches de suspension. Andre Gray, qui évolue dans le club de Burnley, en Premier League. Ses messages datent de 2012 mais ont refait surface récemment. Il a présenté ses excuses. En plus d'être privé de terrain, la Fédération anglaise de foot lui a infligé une amende d'environ 30'000 francs.

(NewsXpress)

Ton opinion