Actualisé 22.04.2020 à 21:28

Coronavirus à Genève

Seuls huit enfants ont été hospitalisés à Genève

Un professeur des HUG explique pourquoi il n'est pas dangereux de scolariser à nouveau les bambins.

de
jef
Il n'a été fait état d'aucune épidémie dans les écoles en Italie, en Chine et en Suède.

Il n'a été fait état d'aucune épidémie dans les écoles en Italie, en Chine et en Suède.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Les enfants ne sont pas de bons vecteurs de transmission du covid-19, a longuement exposé à la «Tribune de Genève» Alain Gervaix, chef du Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent aux HUG. Au bout du lac, alors que les enfants représentent 18% de la population, ils ne constituent que 1% à 2% des infections au nouveau coronavirus et développent des symptômes «infiniment moins graves» que ceux observés chez les adultes. Au total, 49 bambins ont été testés positifs dans le canton, sur un nombre total de cas excédant 4670. Seuls huit ont dû être hospitalisés, pour une durée moyenne de trois jours.

Pas d'épidémies dans les écoles

Le docteur souligne par ailleurs que ni en Chine, ni en Italie au plus fort de la crise avant les mesures de confinement, ni en Suède qui n'applique pas le confinement, «aucun rapport n'a fait état de mini-épidémies émanant des écoles». Il indique que «la transmission se fait plus vraisemblablement des adultes vers les enfants que l'inverse».

Par conséquent, il juge peu risqué, donc acceptable, de placer les enfants à l'école ou dans les crèches, c'est-à-dire dans des groupes dont les membres transmettent peu ou pas la maladie et qui sont peu susceptibles de développer des complications. En revanche, Alain Gervaix déconseille le contact entre marmots et personnes âgées. «Même un faible risque dans un groupe de personnes hautement vulnérables n'est pas acceptable.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!