Actualisé 07.02.2020 à 16:57

La Chaux-de-Fonds (NE)

Éducateur ayant un faible pour les mineurs acquitté

Un éducateur de rue sado-maso accusé de violences et d'actes d'ordre sexuel avec des mineurs a été... acquitté. Certains faits sont prescrits.

de
apn
L'éducateur alternait fessées et massages après avoir déshabillé les jeunes.

L'éducateur alternait fessées et massages après avoir déshabillé les jeunes.

Keystone

«Où est la justice?» Ce cri du cœur poignant d'un jeune plaignant est relayé par arcinfo.ch dans son compte-rendu d'un procès dont les victimes présumées étaient mineures lors des faits entre 2012 et 2016 et l'accusé, un éducateur de rue à La Chaux-de-Fonds (NE). Avant ses démêlés judiciaires, cet homme était perçu comme «l'ange gardien» des jeunes. Jeudi, au Tribunal des Montagnes et du Val-de-Ruz, poursuivi notamment pour des actes d'ordre sexuel avec des enfants, il a été... acquitté.

L'expert: «Il est attiré par les jeunes hommes»

Pour l'expert psy, le prévenu présente «un risque de récidive» et a «une attirance sexuelle pour les jeunes hommes». Le procureur, lui, a fustigé l'omniprésence de la nudité dans les jeux ou les punitions entre l'adulte sado-maso et les mineurs en situation difficile qu'il suivait. Il a requis une peine de 18 mois de prison avec sursis et une interdiction d'avoir des contacts avec des mineurs pendant dix ans. Autre fait troublant, lors d'une perquisition en 2016, la police avait trouvé des fichiers pédopornographiques et des scènes de violence sexuelle dans l'ordinateur de l'accusé. Celui-ci a admis une partie des faits tout en en minimisant la gravité.

De jeunes plaignants sonnés et écœurés

Mais pour les avocats de l'éducateur, les parties de strip-poker et les sorties dans des espaces naturistes avec des garçons mineurs ne constituaient pas des actes sexuels. Quant aux fessées que l'accusé infligeait aux ados, de tels faits sont prescrits au bout de trois ans. Or, rappelle arcinfo.ch, l'enquête a duré deux ans et demi et ce n'est que plus d'un an après ses conclusions que l'accusé a été convoqué au Tribunal. Jeudi, la Cour n'a pas été convaincue que les attouchements sexuels subis par les jeunes étaient des actes d'ordre sexuel avec des enfants.

L'audience s'est terminée ainsi: un accusé acquitté et de jeunes plaignants sonnés et écœurés.

Le procureur veut faire appel

Contacté vendredi par 20 minutes, le procureur neuchâtelois Marc Rémy a fait la déclaration suivante: «en l'état et sous réserve du jugement motivé qui devrait prochainement m'être adressé, le Ministère public envisage de faire appel contre cet acquittement».

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!