Machine Gun Kelly: «Sexe, drogue et rap, c'est mon quotidien!»
Publié

Machine Gun Kelly«Sexe, drogue et rap, c'est mon quotidien!»

De son vrai nom Colson Baker, le rappeur Machine Gun Kelly s'attaque à Hollywood avec quatre films d'ici à la fin de l'année.

par
Henry Arnaud
Hollywood

Après un petit rôle dans «Bird Box» avec Sandra Bullock, le rappeur et acteur américain de 28 ans sera à l'affiche de «Captive State» sur nos écrans le 3 avril 2019. Mais Kelly est surtout l'une des stars du film «The Dirt » qui démarre en streaming sur Netflix dès le vendredi 22 mars et qui retrace la carrière du groupe de rock des années 1980, Mötley Crüe.

«The Dirt» est l'histoire vraie du groupe Mötley Crüe de ses débuts à son énorme succès dans les années 80 et 90. Pourquoi avez-vous accepté d'incarner Tommy Lee?

Il est le mec le plus cool du rock'n'roll. Malgré toutes les horreurs que Tommy Lee a vues autour de lui, il est toujours resté positif et mégadélire comme j'aime. Le plus dur a été d'apprendre à manier les baguettes pour faire semblant de jouer de la batterie comme lui. C'est mon petit frère qui m'a entraîné tous les jours durant des semaines, mais j'ai encore des cicatrices entre les doigts, des mois après la fin du tournage.

Dans la peau de Tommy Lee, vous êtes quasiment nu la moitié du film. Cela ne change guère de Machine Gun Kelly et de vos provocations dans le rap, non?

La vie de Tommy, c'était sexe, drogue et rock'n'roll. La mienne c'est presque la même chose: sexe, drogue et rap; c'est mon quotidien. Et j'emmerde ceux que cela dérange. (il éclate de rire).

Dans «The Dirt», on voit des groupies sous des tables pour offrir des actes sexuels aux gars qui viennent s'asseoir. On est très loin du politiquement correct de notre époque...

On s'est retrouvé dans un bar autour de quelques bières avec Douglas Booth (Nikki Sixx), Iwan Rheon (Mick Mars) et Daniel Webber (Vince Neil) qui jouent les autres membres de Mötley Crüe pour faire connaissance. Mais il n'y avait pas de groupies sous la table. Ces mecs étaient trop sérieux. Moi, aucun délire ne me fait peur!

Tommy Lee a aussi défrayé la chronique pour être l'un des premiers à avoir vendu sa sextape avec son épouse des années 1990, Pamela Anderson. L'avez-vous vue?

Bien sûr... Et Tommy fait une excellente performance d'ailleurs. Il sait y faire le mec (rires). Là aussi, c'était un précurseur car depuis sa sextape avec Pamela, tout le monde se filme en train de baiser, non? Moi, j'ai fait ça de multiples fois. Y'a pas de honte à prendre son pied lorsque la fille est consentante, quel que soit le délire.

Vous avez quatre films au total pour 2019 et deux supplémentaires pour 2020 tout en continuant votre carrière de rappeur. N'est-ce pas de la folie de vouloir tout faire simultanément?

Beaucoup de drogues pour tenir le coup (rires). Si vous apprenez que j'ai été enfermé dans un asile, c'est parce que j'aurai pété les plombs à cause du boulot. Je n'ai sûrement jamais autant bossé de ma vie, mais impossible de dire non lorsqu'on me propose des projets de films que j'attends depuis des années.

N'avez-vous pas peur de faire un burn-out?

Je suis un anarchiste et je n'ai rien à faire de l'opinion des autres. Je fume, et pas que des cigarettes. Ceux qui m'aiment me suivent et viennent à mes concerts ou écoutent ma musique. Les autres? Qu'ils aillent au diable!

Ton opinion