Publié

ParlementSexisme: le Conseil des Etats ne veut pas de campagne

Les sénateurs ont enterré une motion d’une parlementaire verte exigeant une offensive de grande ampleur contre le sexisme sur plusieurs années.

Au final, l’UDC, le PLR et une partie du PDC ont rejeté la motion. 

Au final, l’UDC, le PLR et une partie du PDC ont rejeté la motion.

KEYSTONE

Le Conseil fédéral ne mènera pas une campagne de grande envergure contre le sexisme. Le Conseil des Etats a enterré mardi par 21 voix contre 20 une motion de la conseillère nationale Regula Rytz (Verts/BE) exigeant une offensive de grande ampleur sur plusieurs années.

L’égalité est inscrite dans la constitution et la loi sur l’égalité, mais la réalité est bien différente, a rappelé Maya Graf (Verts/BL) au nom de la commission. Outre la discrimination salariale et la prévoyance professionnelle lacunaire, le sexisme est encore très répandu. Il va jusqu’à la violence à l’encontre des femmes.

La Suisse s’est engagée à prendre des mesures visant à bannir les pratiques reposant sur des stéréotypes, mais elle n’y est pas parvenue. Les discriminations n’ont pas reculé. Seule une campagne de plusieurs années à large impact permettra d’éliminer le sexisme.

«Ce n’est pas une bonne idée, c’est indispensable», a insisté Marianne Maret (PDC/VS), en soulignant que certaines personnes «ne se rendent même pas compte de la portée de leurs propos ou de leur attitude». Alain Berset a pour sa part soutenu qu’une telle campagne soutient les engagements pris par la Confédération sur le plan intérieur et extérieur.

Etat tout-puissant

Jakob Stark (UDC/TG) n’a pas nié que le sexisme est un problème. Mais, en ces temps de coronavirus, la lutte contre la pandémie actuelle et celles qui pourraient survenir à l’avenir ont une priorité absolue, a-t-il contré. Le pays a besoin d’une stratégie et d’une communication claires, y compris en matière financière.

L’élu UDC a également souligné qu’une campagne de prévention contre le sexisme ne pouvait se comparer à celles contre le sida ou le tabac. Une personne victime de sexisme peut s’adresser à la justice, ce n’est pas le cas d’un malade du sida. Jakob Stark a encore dénoncé l’emprise croissante du rôle de l’Etat, qu’il a accusé de vouloir définir des normes, comme le faisait l’Eglise au XIXe siècle.

Au final, l’UDC, le PLR et une partie du PDC ont rejeté la motion.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
55 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Homme Genève

09.12.2020 à 15:25

Allez-y mesdames prenez votre revanche. Moi homme bien monté, disposé à me faire harceler à tous les niveaux. C'est votre tour maintenant de faire le travail. Pour mes congénères masculins, les gars on les laisse nous faire la drague, nous inviter et nous on le les regarde plus. On verra combien de temps ça tiendra. Jouez le jeu les gars, laissons les nanas venir à nous et payer la note du resto, les fleurs remplacés par la bouteille de pinar grand cru etc.

Jan Amar

09.12.2020 à 15:22

Pour une fois qu'on peut l'écrire parce que c'est vrai: MERCI!

Jokiner

09.12.2020 à 15:15

Engager des michtonneuses qui ont 1 mois de congé maternité et nous dire qu'elles sons sous payé (joke). Au pire bougez vous durant l entretien et pensez au fric comme vous savez le faire..