Actualisé 17.07.2014 à 12:29

Genève

SGS affiche un premier semestre en retrait

SGS a vu son bénéfice net diminuer de 4,5% au premier semestre à 275 millions de francs.

Le groupe genevois a vu son bénéfice reculer ces six derniers mois.

Le groupe genevois a vu son bénéfice reculer ces six derniers mois.

SGS a vu son bénéfice net diminuer de 3,8% au premier semestre, à 255 millions de francs. Le chiffre d'affaires du groupe genevois, numéro un mondial de l'inspection et de la certification, a lui reculé de 1,8%, à 2,81 milliards. L'appréciation du franc suisse est en cause, notamment.

Sur une base comparable, à taux de change constants, le bénéfice attribuable aux actionnaires affiche une hausse de 6,3% par rapport au premier semestre 2013. Quant au chiffre d'affaires, il a progressé de 5,3%, à taux de change constant. Il comprend 4% de croissance organique (105 millions) et 1,3% d'acquisitions (37 millions).

«Ces résultats sont bons», a déclaré jeudi devant les médias le Britannique Chris Kirk, directeur général de SGS. L'action a toutefois ouvert en baisse à la Bourse suisse, a-t-il relevé. Elle a cédé 3,1% à 2068 francs dans les premières minutes d'échanges, dans un marché SMI lui-même en recul.

Impact du franc

L'appréciation du franc suisse face à la plupart des monnaies dans lesquelles SGS opère à travers le monde a eu un «impact significatif», selon M. Kirk. Le groupe est actif dans 95 monnaies. Or le chiffre d'affaires et les coûts sont estimés en monnaies locales afin d'avoir une image précise de la situation, a expliqué la directrice des finances Géraldine Matchett.

L'objectif de croissance organique de l'exercice en cours sera adapté aux monnaies pour supprimer l'effet du franc suisse. La direction évoque désormais un taux de 6% environ, contre plus de 6% antérieurement.

Ralentissement du secteur minier

Huit des dix pôles d'activité affichent de très bons résultats, estime M. Kirk. A taux de change constants, le chiffre d'affaires est de 8,9% pour le pôle Oil, Gas & Chemicals Services, de 8,3% pour Industrial Services, de 8,1% pour Agricultural Services, de 7,9% pour Live Science Services et de 6,8% pour Consumer Testing Services.

Mais le pôle Minerals Services a reculé de 6% par rapport à l'année précédente. Des mesures de restructuration supplémentaires impliquant une réduction des effectifs de 400 personnes ont été mises en oeuvre, selon M. Kirk. Intimement lié au ralentissement du secteur minier et touché par l'effondrement du marché du carbone, le pôle Environmental Services affiche un chiffre d'affaires de 2,1%.

Rémunération maintenue

Dans un commentaire, Vontobel évoque des résultats «mitigés». La croissance organique s'est certes inscrite dans le cadre des prévisions, en particulier dans le domaine des minéraux. Mais l'impact des taux de change s'est en revanche révélé plus négatif que prévu.

SGS entend maintenir sa politique en matière de versement de dividende. En janvier, Chris Kirk avait mentionné une rémunération des actionnaires à raison de 65 francs par titre.

Jeudi, le groupe a aussi annoncé le départ, à la fin du mois de juillet, de Géraldine Matchett, directrice des finances. Le processus de nomination de son successeur est bien avancé, a fait savoir M. Kirk. (ats)

Action en baisse

SGS doit se chercher une nouvelle tête à la direction des finances.

En fonction depuis 2010, la titulaire Géraldine Matchett quittera le groupe genevois d'inspection et de certification à la fin du mois de juillet.

L'annonce est survenue jeudi en même temps que la publication de comptes semestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes. A la Bourse suisse, l'action SGS a ouvert en baisse marquée, cédant quelque 3,1% à 2068 francs dans les premières minutes d'échanges, dans un marché SMI lui-même en recul.

Dans un commentaire, Vontobel évoque des résultats «mitigés». La croissance organique s'est certes inscrite dans le cadre des prévisions, en particulier dans le domaine des minéraux. Mais l'impact des taux de change s'est en revanche révélé plus négatif que prévu.

En ce qui concerne l'entier de l'exercice en cours, la direction de SGS a nuancé son objectif de croissance organique du chiffre d'affaires. Elle évoque désormais un taux de 6% environ contre plus de 6% antérieurement.

Le groupe entend toutefois maintenir sa politique en matière de versement de dividende. En janvier, le directeur général, le Britannique Chris Kirk, avait mentionné une rémunération des actionnaires à raison de 65 francs par titre.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!