Actualisé 14.05.2015 à 11:21

JaponSharp taille dans ses effectifs et appelle à l'aide

Le pionnier japonais des écrans à cristaux liquides a annoncé jeudi une perte nette de 222 milliards de yens (1,71 milliard de francs) pour l'exercice 2014/15 clos en mars.

Sharp, en difficulté financière, a annoncé suppression de milliers d'emplois, dont 3500 au Japon, ainsi qu'un vaste plan de restructuration pour faire face à des pertes massives amplifiées lors du dernier exercice.

Sharp va en outre émettre de nouvelles actions préférentielles à l'intention de ses deux principales banques afin de rembourser des dettes. «Nous visons en gros une réduction de 10% de notre main-d'oeuvre mondiale», a précisé jeudi devant la presse Kozo Takahashi, patron du groupe qui compte au total près de 50'000 salariés.

Le pionnier japonais des écrans à cristaux liquides a fait état d'une perte nette de 222 milliards de yens (1,77 milliard de francs) pour l'année comptable close en mars et s'est abstenu de donner une estimation de résultat net pour 2015/2016, à cause de l'enregistrement de dépréciations.

Série de dévalorisations

Sharp a notamment défalqué sur 2014/2015 106 milliards de yens correspondant à des dévalorisations de moyens de production dans des usines de dalles LCD et panneaux solaires au Japon et à l'étranger. Face à cette rechute dans le rouge, le groupe a décidé un ensemble de mesures détaillées lors d'une conférence de presse à Tokyo.

Outre les 200 milliards de yens apportés par les mégabanques Mitsubishi Tokyo UFJ et Mizuho, le groupe va émettre pour 25 milliards de yens d'autres actions préférentielles à l'intention d'un fonds.

Sharp a aussi choisi d'apurer sa situation financière par une réduction de capital à 500 millions de yens, au lieu de 120 milliards actuellement.

Amélioration rapide visée

Une telle cure d'amaigrissement, plutôt inhabituelle dans des entreprises de cette envergure, «vise à rapidement améliorer la position financière afin de préparer pour l'avenir une politique capitalistique plus dynamique et flexible», a expliqué la direction de Sharp.

Par ailleurs, le groupe sera réorganisé. Les principales activités, dont celle majeure des LCD (un tiers des revenus du groupe), vont être déplacées dans cinq sociétés séparées afin de faciliter les partenariats assortis de prises de participation avec des firmes tierces.

La société Sharp, originaire d'Osaka, a récemment été fragilisée par la concurrence sur les segments des panneaux solaires et plus encore des écrans de smartphones et tablettes, ainsi que par les mouvements défavorables des monnaies sur la production délocalisée d'appareils électroménagers destinés au marché japonais.

Recul du chiffre d'affaires

Durant l'année passée, Sharp a vu son chiffre d'affaires reculer de 4,8% sur un an à 2786 milliards de yens (21,3 milliards de francs). Il a accusé une perte d'exploitation de 48 milliards, contre un bénéfice opérationnel de 108 milliards un an plus tôt.

«Nous n'avons pas atteint nos objectifs de vente, notamment pour les TV LCD, les écrans de smartphones et tablettes», a reconnu Sharp. Se sont ajoutées à cela des charges plus importantes de matières premières (dont le silicium pour les panneaux solaires) du fait de contrats d'approvisionnement de long terme.

Sharp se montre cependant confiant quant à sa capacité à arrêter l'hémorragie grâce à ces mesures draconiennes décidées dans l'urgence puisqu'il espère une remontée de 0,5% de ses revenus à 2800 milliards de yens et un bénéfice d'exploitation de 80 milliards de yens durant l'exercice actuel qui sera clos le 31 mars 2016. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!