Israël: Shimon Pérès fait un malaise sur scène

Actualisé

IsraëlShimon Pérès fait un malaise sur scène

Le président israélien Shimon Pérès a été placé samedi soir en observation à l'hôpital après un malaise lors d'une conférence à Tel Aviv.

Le chef de l'Etat âgé de 86 ans s'est évanoui alors qu'il répondait à des questions de l'assistance, selon des sources médicales. Il a repris conscience quelques secondes plus tard, refusant d'abord d'être hospitalisé. Il a ensuite accepté de se rendre à l'hôpital Tel Hashomer de Tel Aviv pour des examens. Un des médecins de l'établissement, le Dr Ari Shamis, a précisé à la chaîne de télévision israélienne Channel 10 qu'il resterait en observation durant la nuit.

Les jours de M. Pérès ne sont pas en danger et le président israélien a «repris conscience spontanément», a-t-il ajouté. Les services du président israélien n'ont fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Né en Pologne le 2 août 1923, Shimon Pérès a émigré en Israël en 1934. Ce vétéran de la vie politique israélienne est président -un titre largement honorifique- depuis juillet 2007 pour un mandat de sept ans, succédant à Moshe Katsav, sous le coup d'une enquête pour viol et agressions sexuelles.

L'un des principaux conseillers du premier chef de gouvernement de l'Etat hébreu, David Ben-Gourion, Shimon Pérès a été élu pour la première fois à la Knesset (Parlement) en 1959 et aura occupé tous les grands postes ministériels: défense, finances et affaires étrangères. Mais il n'aura été Premier ministre que par intérim ou provisoirement, jamais après avoir conduit son camp à la victoire.

Pendant presque toute sa vie politique, Shimon Pérès a été membre du Parti travailliste. Mais en 2005, les travaillistes préfèrent élire Amir Peretz à leur tête. Ce camouflet l'a incité à rejoindre Kadima, la nouvelle formation centriste fondée par son ami de longue date et rival politique de toujours Ariel Sharon.

Ses défaites électorales ont donné à Shimon Pérès une image de perdant souvent raillée dans son pays mais ses efforts en faveur du processus de paix israélo-palestinien lui ont également valu un grand prestige à l'étranger. Il était à la tête de la diplomatie israélienne lors de la signature des accords d'Oslo à la Maison Blanche en 1993. En 1994, il a partagé le prix Nobel de la paix avec Yitzhak Rabin et le président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat. (ap)

Ton opinion