Actualisé 27.11.2009 à 18:24

Prix Nobel confisqué par l'IranShirin Ebadi accuse Téhéran de mensonge

L'avocate et défenseur des droits de l'homme Shirin Ebadi a accusé vendredi les autorités iraniennes de mensonge après qu'elles eurent démenti avoir confisqué son prix Nobel de la paix, lors d'une interview à la BBC.

«Ils ne disent pas la vérité», a déclaré l'avocate iranienne à la radio BBC World Service dans une interview donnée à Londres. «Ils ont saisi mon compte en banque et mis fin aux versements pour ma retraite et aussi (saisi) le compte de mon mari et sa retraite».

«Mon mari avait aussi un coffre à la banque qui contenait mon prix Nobel et la médaille de la Légion d'honneur», a-t-elle expliqué.

«Le prix Nobel était dans le coffre de la banque Tejarat et il a été confisqué», a relevé l'avocate, qui s'exprimait à travers un traducteur.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a démenti avoir confisqué la médaille, même s'il a implicitement confirmé que les actifs de Shirin Ebadi avaient été saisis parce que les taxes sur les sommes associées au prix n'avaient pas été réglées.

Mais l'avocate, connue pour ne pas ménager ses critiques envers le régime du président Mahmoud Ahmadinejad, a écarté cette explication.

«Les autorités iraniennes ne disent pas la vérité parce que selon nos lois fiscales, il n'y a pas de taxes payables sur un prix Nobel», a-t-elle rétorqué.

«Et même si l'on suppose qu'ils disent la vérité et que je doive payer des taxes sur ce prix, pourquoi ont-ils confisqué le coffre de mon mari?».

«D'ailleurs l'ordre de confisquer nos comptes aurait dû venir des autorités fiscales et l'odre de confisquer le coffre est venu du tribunal révolutionnaire», a-t-elle poursuivi.

Lauréate du prix Nobel en 2003 pour sa campagne de défense des droits de l'homme, Mme Ebadi fut la première musulmane distinguée par la prestigieuse récompense.

Shirin Ebadi a quitté l'Iran peu avant la réélection contestée du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin, mais a dit son intention de retourner dans son pays.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!