Iran: Shirin Ebadi appelle à «empêcher de tirer sur le peuple»
Actualisé

IranShirin Ebadi appelle à «empêcher de tirer sur le peuple»

L'avocate iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, a appelé vendredi à Genève «la communauté internationale à empêcher (le gouvernement iranien) de tirer sur le peuple».

«J'attends de la communauté internationale qu'elle empêche la poursuite de la violence de la part du gouvernement. J'attends qu'elle empêche de tirer sur le peuple», a déclaré la militante des droits de l'homme lors d'un entretien avec l'AFP.

L'ayatollah Ali Khameini, guide suprême iranien, a mis en garde vendredi les leaders de l'opposition qui, a-t-il dit, «s'il agissent de façon extrémiste (...) seront responsables du sang, de la violence et du chaos».

L'ayatollah Khameini a exigé l'arrêt des manifestations des opposants qui réclament l'annulation de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad et l'organisation d'un nouveau scrutin.

Les Iraniens «sont descendus dans la rue pour présenter des réclamations. Ils rentreront chez eux lorsqu'ils auront eu gain de cause», a dit Mme Ebadi en exprimant sa «sympathie pour ceux qui manifestent».

Mme Ebadi a rencontré à Genève la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay ainsi que plusieurs ambassadeurs auprès des Nations Unies. Elle a souligné que «les Iraniens sont las de toute violence; le peuple iranien lui-même n'entreprendra pas des actes violents».

«C'est la manifestation pacifique (des opposants) qui s'est heurtée à la violence du gouvernement», a rappelé Mme Ebadi, qui s'exprimait en persan et dont les propos étaient traduits en français.

Si de nouvelles élections sont organisées, «il faut que l'ONU soit là en tant qu'observateur» pour que leur résultat soit incontestable.

«Le fait d'annuler les élections précédentes et d'organiser de nouvelles élections ne va pas suffire car quelle que soit la partie qui va gagner (...) il se peut toujours que la partie adverse conteste le résultat. Donc, il faut que les nouvelles élections aient lieu en présence d'observateurs internationaux», a-t-elle expliqué.

Ton opinion