Actualisé 15.12.2015 à 08:04

Hockey – LNASi Lausanne se met à marquer comme ça...

Attaque la moins efficace de la ligue, le LHC a soigné la statistique lundi soir face à Genève-Servette (5-1). Et la manière encore plus.

de
Oliver Dufour, Prilly

Le thème a été récurrent depuis le début de la saison. Au Lausanne HC, on ne marque pas assez. Vraiment? Oui. Les chiffres ne sauraient nous mentir. Avant ce 3e derby lémanique de la saison, les Lions n'avaient fait trembler les filets qu'à 72 reprises en 30 matches. Une moyenne de 2,4 buts inscrits par rencontre. Seul le HC Bienne, qui traversait récemment une vilaine crise et qui pointait avant lundi soir et son net succès à Davos (2-5) au peu enviable dernier rang du championnat, auteur de 75 buts en 32 parties, nage dans des troubles similaires. Alors que la moyenne en LNA se situe à plus de 3 buts par match.

En défense, c'est totalement l'inverse. L'équipe de Heinz Ehlers possède avec 81 goals encaissés l'arrière-garde la plus imperméable de LNA derrière celle de l'EV Zoug (70) et celle des ZSC Lions (78). La formation zougoise est actuellement 3e du classement avec… 3 points d'avance sur les Vaudois, 7es. Qu'en serait-il si le LHC avait su, au cours des quatre derniers mois, se montrer aussi autoritaire devant les filets adverses que devant les siens, lui qui a perdu 8 matches cette saison dans lesquels ses adversaires n'ont scoré que trois fois ou moins?

Plongeon, lob et dribble endiablé

C'est ce que les Lions ont réussi à faire à l'occasion de la venue du Genève-Servette HC, leur rival du bout du lac. Résultat? Cinq buts inscrits avec panache, dont trois plutôt exceptionnels. Nicklas Danielsson a débloqué les compteurs lors du premier tiers d'un joli revers sur un plongeon énergique. Benjamin Antonietti a doublé la mise en deuxième période en étant le premier à bondir sur le puck atterrissant sur la ligne de but après avoir lobé le gardien Robert Mayer, avec l'aide de ce dernier. Au but en pivot d'Ossi Louhivaara et du tir de précision de Harri Pesonen en pleine lucarne s'est encore ajouté un solo endiablé d'Etienne Froidevaux, qui a passé en revue les rangs adverses avant de mystifier Mayer. La formation vaudoise avait bien entendu déjà entamé sa mue le 1er décembre dernier, en maltraitant Fribourg Gottéron (6-3) et en allant, trois jours plus tard, marquer cinq fois dans l'antre du HC Davos, malgré la défaite (7-5). Mais elle n'avait encore jamais fait montre d'un visage aussi plaisant et spectaculaire sur toute la longueur.

«Nous avons simplement essayé de jouer plus direct sur le but adverse. Ca a marché», a modestement observé Alain Miéville, auteur du splendide assist sur l'ouverture du score. La recette serait-elle aussi simple? «Nous sommes conscients que nous devons travailler très fort pour arriver à des prestations pareilles», a rappelé le No 23 lausannois. Certes, les deux équipes alignaient lundi soir leur 3e match en 4 jours, ce qui avait de quoi sévèrement affecter leur rigueur défensive, mais avec l'envie et la vitesse d'exécution affichées dans ce derby, ce LHC aurait sans doute marqué une «manita» à n'importe quel adversaire. Le public de Malley, dans tous les cas, s'est régalé. Et il regrettera certainement qu'une pause internationale vienne interrompre ce regain d'élan offensif durant une semaine.

Twitter, @Oliver_Dufour

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!