Actualisé 04.02.2009 à 21:29

La Praille

«Si on ne fait rien, le stade sera mis aux enchères»

Le Canton veut injecter près de
8 millions de francs pour sauver le Stade de Genève de la faillite.

«Si l'on ne fait rien, la fondation va faire faillite et le Stade de Genève sera vendu aux enchères.» Pour Mark Muller, l'heure est grave. «L'exploitation du stade souffre de ne pas avoir de club résident au plus haut niveau suisse, a déploré le patron du Département des constructions et des technologies de l'information (DCTI). Les recettes sont insuffisantes, d'autant que les 36 millions de francs versés d'un coup par Jelmoli, pour la rente fixe de superficie, ont déjà été utilisés.»

Mark Muller et ses collègues du Conseil d'Etat vont donc soumettre un projet de loi au Grand Conseil. Ce dernier devra se prononcer sur une aide de 7,74 millions de francs, répartis sur quatre ans, en faveur de la Fondation du stade afin d'assainir les finances.

«Les Genevois tiennent à ce stade et il serait logique qu'il reste entre leurs mains», ajoute Benoît Genecand, président de la fondation. «Mais qui voudrait acheter ce stade? s'interroge Pierre Losio, député vert, membre de la Commission des finances. Cette magnifique infrastructure n'est pas viable et le montage financier reste du pipeau», ajoute-t-il.

Michel Halpérin, le président des libéraux, se dit, lui, plutôt favorable: «Il serait ridicule de le laisser tomber en faillite.» Une bonne disposition à l'égard du stade qui n'est pas partagée par tous. «J'en connais qui lanceront un référendum», promet Pierre Losio.

(dti/reb)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!